Environnement

Le territoire Vercors Royans, dans l’orbite grenobloise, peine à proposer emplois et services à une population qui s’accroit, selon une récente étude de l’INSEE Rhône-Alpes

L’INSEE Rhône-Alpes a réalisé une étude sur le territoire de Royans-Vercors, situé sur les départements de la Drôme et de l’Isère. Ce territoire rural et montagneux compte 21 000 habitants en 2010. Il possède un important dynamisme démographique, dû d’une part à un solde migratoire excédentaire (+0,7% par an entre 1999 et 2010), et d’autre part à un solde naturel positif (+0,4% par an pour la même période). Mais ce solde naturel positif n’empêche pas le vieillissement de la population.

La plupart des nouveaux arrivants sont de jeunes actifs qui proviennent essentiellement de l’ère urbaine de Grenoble. Ces actifs représentent 10 300 personnes, dont 9 560 sont des actifs occupés, et 740 sont des chômeurs.

Chaque jour, ce sont 39% de ces actifs occupés qui quittent le territoire pour travailler. Plus de la moitié se rendent dans l’ère urbaine de Grenoble. Axel Gilbert, chef de projet au sein de l’INSEE Rhône-Alpes indique que « ces personnes conservent leur travail au sein de l’ère urbaine de Grenoble, mais préfèrent habiter à la montagne, en raison d’un meilleur cadre de vie, et des prix plus bas de l’immobilier ».

Un usage important de la voiture

Villard-de-Lans et Saint-Jean-en-Royans sont les deux communes ” pôles de services intermédiaires”  du territoire. Ce dernier compte aussi six pôles de services de proximité. Mais, l’accès à certains équipements est difficile pour une partie importante de la population. Ainsi, un peu plus d’un habitant sur quatre réside à plus de sept minutes en voiture d’un cabinet dentaire, d’une boucherie ou d’une banque, tandis que près de 60% se situent à plus de trente minutes d’un service d’urgence.

Par ailleurs, l’offre de transports n’est pas considérable, car la plupart des trajets sont réalisés exclusivement en voiture. C’est le cas notamment les déplacements domicile-travail. Ces habitudes posent un problème en matière de préservation de l’environnement. Axel Gilbert explique que « l’amélioration du système de transports collectifs, bien qu’il soit nécessaire, pourrait poser des difficultés ». En effet, la mise en place de voies ferrées dans certaines parties du territoire semble difficile, du fait d’un caractère montagneux. Or, pour Axel Gilbert, « à long terme, le risque est que Royans-Vercors devienne un territoire-dortoir, car les habitants préfèreront se rendre à Grenoble pour effectuer leurs achats et avoir accès aux services ».

En revanche, le territoire conserve une activité touristique importante tout au long de l’année. En effet, il compte des stations de ski l’hiver, et beaucoup de camping et de gîtes l’été. Ces activités représentent 10,2% de l’emploi total, dont 800 emplois lors des pics d’été et d’hiver.

jean-baptiste.jacquet@enviscope.com

VOIR AUSSI