Énergie

L’enrichissement de l’uranium une prestation de service

L’enrichissement de l’uranium  est une activité de prestation de service. Les exploitants de centrales nucléaires n’ont pas tous les mêmes besoins. Leurs demandes varient en fonction des types de centrales de leur parc.
L’usine Georges Besse 2 est exploitée par la Société d’Enrichissement du Tricastin (SET). La société holding de la SET a pour actionnaires AREVA, mais aussi à hauteur de 10% le groupe GDF Suez présent dans le nucléaire notamment en Belgique. Le grooue souhaite accentuer sa présence dans le nucléaire et a exprimé le souhait d’exploiter un jour un réacteur ATMEA mis au point par AREVA et Mistsubishi sur le site de Tricastin. Les sociétés japonaises Kansai et Sojitz, et l’électricien coréen KHNP sont actionnaires de la société.

Le procédé de centrifugation  est mis à disposition (moyennant redevance) par la société Enrichissement Technology Company (ETC), qui dépend du consortium URENCO. Sa filiale ET France implantée sur le site du Tricastin, a installé les centrifugeuses et les en service.

AREVA n’est pas propriétaire de l’uranium, qui jusqu’à son stockage final en fin de cycle, demeure la propriété de l’exploitant.

L’unité de mesure de l’enrichissement est l’UTS (Unité de Travail de Séparation). L’unité est proportionnelle à la quantité d’uranium traitée et donne une mesure du travail réalisé par un site. La capacité de l’usine Georges Besse 2 est de 7,5 millions d’UTS, capacité qui devait être pleinement atteinte en 2016.

VOIR AUSSI