Savoie

Les eaux pluviales s’infiltrent au stade municipal de Chambéry

La reconstruction du stade municipal de Chambéry est l’occasion pour la municipalité de modifier la gestion des eaux pluviales dans son périmètre pour protéger la Leysse, le lac du Bourget et réalimenter la nappe de Chambéry.

La reconstruction du stade municipal de Chambéry est l’occasion pour la municipalité de modifier la gestion des eaux pluviales dans son périmètre pour protéger la Leysse, le lac du Bourget et réalimenter la nappe de Chambéry. ©Patey Architectes

A l’occasion de la restructuration du stade municipal, la ville de Chambéry revisite la gestion des eaux pluviales de l’ensemble du site. Elle déconnecte du réseau d’assainissement de la ville les eaux de ruissellement sur une surface de près de 2,3 hectares, pour les collecter et les infiltrer sur place.

Le projet comprend la réalisation de plusieurs dispositifs en cascade : une noue (30 m3) le long de l’entreprise Rubanox, des bassins de stockage en terrasses (320 m3), et enfin un bassin paysager (650 m3), prévu pour contenir et infiltrer les eaux d’une pluie d’occurrence trentenale.

Pour ce projet, inscrit au contrat du bassin versant du lac du Bourget, qui permet de réduire les déversements d’eaux usées au milieu naturel par temps de pluie, mais aussi de réalimenter la nappe de Chambéry, classée ressource stratégique pour l’alimentation en eau potable, la ville a reçu au cours du troisième trimestre 2020 une aide de l’agence de l’eau Rhône-Méditerranée Corse de 633 976 €.

VOIR AUSSI