Économie durable

Les énergies renouvelables indispensables pour une relance verte selon l’Irena

Selon un rapport de l’Irena, Agence internationale des Énergies Renouvelables, les investissements dans les énergies renouvelables sont très attractifs alors que les pays cherchent à redresser l’économie après la crise du Covid-19.

Selon un nouveau rapport de l’Agence internationale de l’énergie renouvelable (Irena), publié ce lundi, les énergies renouvelables sont de moins en moins chères par rapport aux sources fossiles de production d’électricité. Le rapport Coût de la production d’énergie renouvelable en 2019 montre que plus de la moitié de la capacité renouvelable ajoutée en 2019 a permis de réduire les coûts de l’électricité par rapport aux coûts des nouvelles centrales au charbon les moins chères.

En moyenne, il est désormais moins onéreux de mettre en service des installations photovoltaïques et éoliennes que de maintenir de nombreuses centrales au charbon. Les résultats des appels d’offres montrent que cette tendance s’accélère et viennent confirmer le besoin de mettre définitivement fin à la filière charbon. Le rapport montre notamment qu’en 2021, il pourrait être plus coûteux d’exploiter 1 200 gigawatts (GW) de centrales à charbon que de mettre en service de nouvelles installations solaires photovoltaïques à l’échelle industrielle.

Le coût des technologies solaire et éolienne a poursuivi sa diminution. Le coût de l’électricité solaire photovoltaïque à l’échelle industrielle a baissé de 13 % en 2019, avec une moyenne mondiale de 0,068 US$ par kilowattheure (kWh). L’éolien terrestre et l’éolien offshore ont diminué d’environ 9 %, pour atteindre respectivement 0,053 et 0,115 US$/kWh.

Remplacer le charbon par le solaire

Le remplacement des 500 GW les moins chers de la filière charbon par du photovoltaïque et de l’éolien terrestre pourrait réduire les coûts du système électrique de 23 milliards de dollars par an. Les émissions annuelles de dioxyde de carbone pourraient être réduites d’environ 1,8 Gt, soit l’équivalent de 5 % du total des rejets mondiaux de CO2 en 2019. Ces investissements représenteraient 940 milliards de dollars, soit environ 1 % du PIB mondial.

« Nous avons atteint un tournant important dans la transition énergétique. Tant sur le plan environnemental qu’économique, les arguments en faveur de l’installation de nouvelles centrales à charbon ou du maintien de celles qui existent sont injustifiables, déclare Francesco La Camera, directeur général de l’Irena. De plus en plus, les énergies renouvelables sont la source de nouvelle électricité la moins chère. Leur potentiel pour stimuler l’économie mondiale et créer des emplois est considérable. Les investissements dans les énergies renouvelables sont stables, rentables et attractifs ; ils offrent des rendements constants et prévisibles, et l’économie tout entière profite de leurs bénéfices. »

« La stratégie mondiale de relance doit être une stratégie verte », ajoute-t-il. « Les énergies renouvelables constituent un moyen d’aligner les initiatives politiques à court terme sur les objectifs à moyen et long terme en matière d’énergie et de climat. Les efforts déployés par les nations pour relancer les économies après la crise du Covid-19 doivent reposer sur les énergies renouvelables. Par la mise en œuvre de politiques appropriées, la chute des coûts de la production d’électricité à base d’énergies renouvelables peut transformer les marchés et contribuer dans une large mesure à une relance verte. »

Découvrir les conclusions principales du rapport

Lire le rapport complet « Coût de la production d’énergie renouvelable en 2019 »

VOIR AUSSI