Biotope

Les programmes européens INTERREG améliorent l’environnement

Un séminaire tenu récemment à la Région Rhône-Alpes, sous la présidence de Bernard Soulage, il est vice-président à l’Europe et aux relations internationales de la région Rhône-Alpes, a fait le point sur plusieurs programmes INTERREG menés conjointement par plusieurs régions européennes, avec un financement de l’Europe . Trois de ces programmes englobent des problématiques environnementales.

Le programme Silmas ( www.silmas.eu )s’intéresse à l’amélioration de la qualité environnementale des lacs alpins. Il englobe plusieurs pays, dont la France, l’Italie et la Slovénie. Les lacs alpins sont l’objet de l’attention des responsables de l’environnement depuis plusieurs années. Mais leur qualité doit encore être améliorée car ces milieux fragiles sont soumis encore à des phénomènes négatifs : pollutions diffuses, changement climatique.

Le programme CO2neutralp, vise lui à réduire les émissions de CO2 dans les régions alpines. Bernard Soulage, rappelle que les orientations de ce programme peuvent être nombreuses, mais l’intérêt se porte surtout sur les déplacements. Les vallées alpines sont en effet très peuplées, parfois encombrées, parcourues de nombreuses infrastructures de transports dédiées au trafic local comme au trafic continental, avec des conditions de franchissement difficiles, fortement émettrices de polluants et de gaz à effet de serre. Les actions en faveur de déplacements plus sobres en énergies, utilisateurs d’énergies renouvelables, doivent englober les activités touristiques qui provoquent des afflux de véhicules lors de périodes de pointe, sur des sites concentrés. Le programme CO2NeutrAlp, inclut par exemple des expériences menées à Villars de Lans ( Vercors) , au parc animalier de Peaugres (Ardèche) et à Romans sur Isère. Il s’agit par exemple dans les deux premiers cas de faire fonctionner des navettes alimentées par l’énergie photovoltaïques. Le déploiement de telles navettes pourrait être intéressant dans plusieurs sites fragiles.

Fréquentation touristique

La fréquentation touristique est en effet un phénomène à prendre en compte dans les Alpes. C’est le cas pour l’Espace Mont Blanc, qui fait l’objet d’un programme européen. Cet espace, rappelle Bernard Soulage, est un espace dont la qualité environnementale a été détériorée entre autres par des activités touristiques parfois peu organisées. La vallée de Chamonix est largement défigurée par les infrastructures. Elle connait des trafics importants. Les atteintes aux milieux, même en montagne sont nombreuses.
Des efforts ont été engagés, notamment en matière de mobilité, avec des incitations en faveur de l’usage des transports collectifs, aussi bien pour les habitants que pour les touristes (nouvelle halte à Chamonix, nouvelles rames du train du Mont Blanc). Mais il convient d’améliorer encore les transports, de valoriser l’agriculture locale, d’améliorer les refuges en réduisant leur impact, d’améliorer les sentiers. Ce sera par exemple le cas avec la construction du nouveau refuge du Gouter, dans le Massif du Mont Blanc.

michel.deprost@enviscope.com

VOIR AUSSI