Énergie

Les technologies solaires pour l’Afrique

Les technologies solaires pour l’Afrique sont nombreuses, et elles sont développées à l’INES (Institut National de l’Energie Solaire) , pour le photovoltaïque, pour le solaire thermique pour le solaire thermique à concentration pour la production d’électricité, mais aussi efficacité énergétique du bâtiment.

Le solaire photovoltaïque est mûr pour l’Afrique. Comme l’a rappelé Jean-Pierre Joly, directeur général de l’INES, le solaire photovoltaïque ne doit pas être stigmatisé par le fardeau financier créé en Allemagne il y a une dizaine d’années avec la mise en place da tarifs d’achats destinée à favoriser le décollage de a filière. «  L’engagement sur vingt ans a effectivement créé un poids financier, qui pèse sur le solaire, mais aujourd’hui dans plusieurs pays, le cout du solaire photovoltaïque se rapproche du réseau. Une centrale solaire de 50 MW a été mise en service au Texas, qui propose le Mégawatt heure à 50 dollars.”

Installations isolées

Le photovoltaïque est adapté à l’Afrique, d’abord pour les installations isolées, comme les stations de pompage d’eau, un type d’installation créé par la société SYLENE, installée à Chambéry.

Mais le photovoltaïque est adapté à des micro-réseaux, dans des villages, des quartiers, des villes. Il permet alors de réduire les dépenses liées à des réseaux de transport.

La sécurité de la production peut être assurée de plusieurs manières. L’hybridation est une solution, elle consiste à mettre en place du photovoltaïque, alimentant des batteries, couplé à des groupes électrogène fonctionnant au fioul. Cette solution très demandée permet de faire baisser rapidement la facture énergétique, si l’on met à part l’investissement.

Du froid avec du solaire thermique

Le solaire thermique est bien sûr une solution pour la production d’eau chaude. On peut aussi mettre en place des solutions thermiques capable de créer du froid.

Enfin la production d’électricité peut être assurée par du Solaire à Concentration, par exemple avec des tours qui supportent des concentrateurs vers lesquels convergent les rayonnements lumineux renvoyés par des lentilles Fresnel. Le fluide caloporteur porté à très haute température permet en fait de stocker l’énergie, pour produire de l’électricité avec des turbines après le coucher du Soleil. Un moyen de contourner l’intermittence du Soleil, même dans les pays où il est abondant…

VOIR AUSSI