Science

l’ISSW réunit les spécialistes mondiaux de la neige et de la prévention d’avalanches à Grenoble

Dominique Létang directeur de l’Anena, Alain Pilaud représentant le maire de Grenoble au moment de l’intervention du sénateur Jean Faure, président de l’Anena [photo Enviscope]

L’ISSW se tient habituellement tous les deux ans en alternance aux Etats-Unis et au Canada. C’est donc une reconnaissance pour les organisateurs, l’Association nationale pour l’étude de la neige et des avalanches (Anena), l’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (Irstea) et le Centre d’étude de la neige (CEN) de Météo France, d’accueillir pour la première fois la manifestation.

« Nous voulons fusionner la théorie et la pratique ». C’est dans ces termes que Rich Mariott, secrétaire permanent de l’ISSW a ouvert la séance ce lundi. En effet, il s’agit bien de confronter les études et les modèles mathématiques avec l’expérience et les observations in situ, faites par les professionnels de la neige.

Une meilleure prévision du risque avalanche

Parmi les quelque 360 contributions, dont 100 seront présentées à la tribune, ce sont la neige, ses propriétés, son transport par le vent, et les avalanches, leur déclenchement et les moyens de les prévenir, qui constituent les principaux sujets du colloque. « Ces dernières années, c’est dans le domaine de la prévision, qu’on a fait le plus de progrès », explique Dominique Létang, directeur de l’Anena. Grâce aux bulletins météo du CEN, aux relevés faits dans les stations, à la modélisation des phénomènes on a une meilleure prévision du risque avalanche. Malheureusement, compte tenu d’une forte augmentation des pratiques diverses de ski, sans que cela influence significativement le nombre de morts. Il y en a eu 36 en France pendant l’hiver 2012-2013.

Le réchauffement climatique

Autre sujet important, le réchauffement du climat et son incidence sur l’enneigement et la fréquence des avalanches. Les observations faites sur la période 1960-2008, comme par exemple à la station météo du col de Porte, montrent une baisse de l’épaisseur de neige. Moins 50% sur la période en Chartreuse. Pour le futur, cet enneigement va encore baisser. Le programme ANR-Scampei (Scénarios Climatiques Adaptés aux zones de Montagne : Phénomènes extrêmes, Enneigement et Incertitudes) prévoit d’ici la fin du siècle une baisse pouvant aller jusqu’à 80% en dessous de 2 000 m, dans l’hypothèse la plus pessimiste. Les projections sont évidemment modulées selon l’altitude et la latitude (moins d’incidence au-dessus de 3 000 m et dans les Alpes du nord) et une forte variabilité annuelle peut masquer le phénomène de fond.

Enfin le nombre des avalanches, devrait connaitre une baisse significative dans les massifs de moyenne montagne. Le nord des Alpes et le massif du Mont-Blanc connaitront en lien avec l’enneigement une évolution plus modérée.

antoine.reboul@enviscope.com

Pour en savoir plus

L’Anena a présenté, à l’attention des élus et techniciens de la neige, le premier manuel pratique, pour anticiper, prévenir et intervenir sur les avalanches, téléchargeable sur le site de l’Anena.

VOIR AUSSI