Environnement

Loup: deux agents du Parc National du Mercantour agressés par un éleveur

L’affaire ne devait pas sortir et elle était soigneusement étouffée, sous la pression d’élus locaux, par la Direction du Parc Du Mercantour. L’ASPAS a pris contact avec le cabinet de la Ministre de l’Ecologie, qui lui-même a gardé le silence. Des agents du Parc, contactés par Enviscope n’ont pas voulu s’exprimer.

Mais après vérification, l’ASPAS a bien eu confirmation des faits.

Le 8 août, sur la commune de Villeneuve d’Entraunes (Alpes Maritimes),selon l’ASPAS, trois agents du Parc National du Mercantour qui réalisaient une expertise après une attaque de canidé sur un troupeau de moutons, ont été  agressés par l’éleveur propriétaire qui avait fait appel à eux. Un agent a reçu un coup de tête et des coups de manche de pioche, l’autre a reçu des soins nécessitant des points de suture à la mâchoire. Une enquête est en cours. Le Parc National du Mercantour a déposé une plainte.

L’ASPAS s’étonne ” du mutisme total qui entoure cette affaire pourtant très grave. Alors que chaque agression envers des policiers ou gendarmes fait l’objet d’une très forte médiatisation, il semblerait que le silence total soit de rigueur lorsqu’il s’agit d’agents de Parcs Nationaux, qui ont pourtant pour mission, entre autre, d’assurer la police de la nature. À moins qu’il ne s’agisse là de la démonstration d’une impunité totale donnée à certaines catégories socioprofessionnelle, au détriment de la protection des agents de l’État et de la préservation de la nature…

CONDAMNER LES ACTES

L’ASPAS en appelle “au ministère de l’Écologie pour condamner très fermement de tels actes, réaffirmer son soutien aux personnels de ses établissement publics, remettre un peu d’ordre dans le dossier du loup qui depuis ces dernières années lui a complètement échappé : plus de 80 autorisations de tirs de loups ont été délivrées cette année par les préfets

Pour l’association, ” il n’est plus admissible que le loup continue de servir de bouc émissaire à la crise que traverse la filière ovine.”.

michel.deprost@enviscope.com

VOIR AUSSI