1. Accueil
  2. /
  3. Actualités
  4. /
  5. Environnement
  6. /
  7. L’Université Jean Monnet se...

L’Université Jean Monnet se dote d’un chargé de mission au développement durable

Bertrand Lordon qui était jusque là chargée de mission pour la formation continue à l’Université Jean Monnet-Saint-Etienne (université membre du PRES de Lyon) vient d’être désigné comme “chargé de mission au développement durable” par le président de l’université stéphanoise Khaled Bouabdallah. Bertrand Lordon est Professeur agrégé de sciences économiques et sociales. Il a proposé au conseil d’administration de l’université une stratégie de développement durable pour la période 2011 – 2015 . Les grandes lignes de celle-ci ont été ratifiée le 14 mars dernier par le conseil d’administration constituant ainsi une feuille de route représentant la contribution de l’établissement à l’édification d’un «mode de développement répondant aux besoins du présent sans compromettre la capacité de satisfaire ceux du futur ».

La démarche proposée par Bertrand Lordon s’inscrit dans la SNDD (stratégie nationale de développement durable) des administrations publiques, et s’articule autour de « 9 défis clés » : climat, transport, consommation, préservation de la biodiversité, santé, insertion, défis internationaux, éducation et recherche, gouvernance et territoires. Pour le nouveau chargé de mission, ” Il faudra donc que l’université s’engage résolument dans la lutte contre le réchauffement climatique, économise ses ressources, traite proprement ses déchets, sélectionne ses fournisseurs selon des critères rigoureux et équitables, renforce la densité et la richesse des liens qu’elle a tissés en interne et avec ses partenaires extérieurs, bref , se montre à la hauteur de sa responsabilité sociale et environnementale, tout en garantissant bien sûr la qualité de sa recherche et de ses formations !”

Compte tenu de la multiplicité des enjeux, trois priorités ont été définies dans le cadre du projet d’établissement 2011-2015 de l’université Jean Monnet:

– gouvernance : mise en place d’un comité d’orientation stratégique chargé d’élaborer les grandes lignes des actions à mener et d’en évaluer périodiquement les résultats, ainsi que de comités de sites, chargés de déployer au niveau de chaque campus de l’UJM des actions concrètes en prise directe avec les préoccupations des utilisateurs.

– gestion environnementale: en lien avec le plan climat-énergie territorial de la communauté d’agglomération Saint-Etienne Métropole (lancé en 2008 et réactualisé fin 2010), mettre l’accent sur les économies d’énergie et sur la rationalisation des déplacements des étudiants, des personnels et des fournisseurs, ce qui concerne plus de 15 000 personnes chaque jour. Ce sont en effet ces deux des postes qui entrainent le plus d’émissions de gaz à effet de serre.

– formation: multiplier les formations au développement durable, en matière de sensibilisation comme en matière d’approfondissement, aussi bien en direction des personnels qu’en direction des étudiants, “de manière à réaliser une forme de pollinisation des esprits sur cette question majeure où se joue sans doute la survie de la planète”.

Bertrand Lordon note que l’Université Jean Monnet ne part pas de rien en matière de développement durable , car jusque là de nombreuses initiatives avaient déjà été prises au sein de certains services, de certaines composantes pédagogiques ou de certains campus, “mais il importe désormais de les fédérer , d’en susciter de nouvelles et de diffuser les bonnes pratiques, car face à la raréfaction des ressources disponibles , en matières premières bien sûr, mais aussi en eau, en air pur, en relations sociales, en qualité d’existence, en richesses de toute nature, il est urgent d’inventer des modes de vie qui assurent un niveau raisonnable de bien-être tout en maintenant la perspective d’une vie authentiquement humaine sur terre…”

Contact: Bertrand Lordon, Bertrand.Lordon@univ-st-etienne.fr

LinkedIn
Twitter
Email

à voir

Related Posts

Le contrat du siècle ?

La France a perdu le "contrat du siècle" pour la vente de sous-marins à propulsion nucléaire à l'Australie. La compétition pour la vente d'armements est bien plus féroce que la compétition pour lutter contre le changement climatique. Trente-quatre milliards d’euros...

Mag2lyon numéro 163

NEWSLETTER

Rececevez réguliérement par mail nos dernier articles publiés

Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo

Derniers articles publiés

Enquêtes

Reportage Vin 31

Dossiers

Territoires

Environnement

Energie

Mobilité

Médiathèque

économie

économie durable

bioéconomie

économie circulaire

Construction et aménagement

Recherche

Connection

Connexion à votre compte

Récupération de votre mot de passe

Merci de saisir votre identifant ou votre adresse email