Environnement

Lyon-Turin : La galerie de reconnaissance de Saint Martin La Porte achevée dans cinq ans

La galerie de reconnaissance de Saint-Martin la Porte, en Savoie, aux dimensions du futur tunnel de base, devrait être terminée dans cinq ans, pour une longueur de 9 kilomètres.

TELT, Tunnel euralpin Lyon Turin société en charge des travaux de la réalisation et de l’exploitation de la future section transfrontalière de la liaison ferroviaire Lyon-Turin a présenté le 6 mai le chantier de la galerie de reconnaissance de Saint Martin La porte à des élus locaux et régionaux du Piémont et de Rhône-Alpes.

Mario Virano, Directeur général de TELT  a accueilli les maires de Saint-Martin-La-Porte, Saint-Julien-Montdenis et Saint-André où se déroule le chantier et les élus de  Chiomonte et Giaglione, où se déroule le chantier de la galerie de reconnaissance de La Maddalena, en Val de Suse.

Le chantier  lancé en janvier 2015 a été confié à un groupement incluant Spie batignolles TPCI (mandataire), Sotrabas, Eiffage TP, Ghella SpA, CMC di Ravenna e Cogeis SpA. Il a pour objectif de creuser une galerie de reconnaissance d’environ 9 kilomètres, excavée en direction de l’Italie, dans l’axe et au diamètre du futur tube sud du tunnel. Le chantier devrait durer cinq ans, pour un montant d’environ 291 millions d’’euros sur la base du bon de commande actuel. Les travaux financés à 50% par l’Europe, 25% par la France et 25% pour l’Italie devraient mobiliser directement jusqu’à 300 personnes.

La galerie complétera les 9 kilomètres de descenderies, galeries d’accès et de service au futur tunnel  réalisées sur le versant français entre 2002 et 2010. Les travaux comprennent l’excavation d’une galerie complémentaire d’1,8 km, réalisée à partir du point métrique 500 c’est-à-dire à 500 mètres de l’entrée de la descenderie. Cette galerie permettra de contourner une zone géologiquement complexe pour réaliser un dixième kilomètre dans l’axe du tube sud.  A ce jour les 80 premiers mètres de cette galerie complémentaire ont été excavés. Ces travaux permettront de mieux connaître un secteur à la géologie délicate et d’engager, à l’horizon 2017, les travaux du tunnel principal.

1)  La France détient 50% de TELT via l’Etat et le ministère de l’Economie et des Finances, et l’Italie 50% (via les Ferrovie dello Stato- FS, les chemins de fer d’Etat italiens)

 

VOIR AUSSI