Environnement

Lyon-Turin: les opposants demandent à l’Europe d’être vigilante sur les intérêts mafieux

La Député Européenne Sabine WILLS a posé une question écrite sur le Lyon-Turin à Siim KALLAS à l’occasion des journées TEN-T de Tallinn dans laquelle elle rappelle les condamnations dont ont été l’objets plusieurs dirigeants d’entreprises en lien avec le projet. La députée rappelle les soupçons de liens avec la Mafia de plusieurs personnes ou entreprises. Elle demande les mesures qu’entend prendre l’Union pour éviter que le projet ne profite aux organisations mafieuses.

La députée rappelle les faits suivants, déjà évoqués par les opposants. P. Comastri Directeur Général de LTF, société chargée de réaliser les travaux de reconnaissance et  W. Benedetto Directeur des Travaux de LTF ont été condamnés pour trucage d’appel d’offres, par le Tribunal Ordinaire de Turin respectivement à huit mois et un an de prison. Des écoutes téléphoniques montrent que Comastri a soustrait des documents à la justice italienne en les transmettant au siège de LTF à Chambéry. Il est resté à son poste jusqu’en 2011 avec pouvoir de passer des marchés jusqu’à 10million €.

 Les opposants mettent en avant les points suivants. Les sociétés Italcoge et Martina Srl, sous traitantes de LTF, ont été mises en liquidation judiciaire pour banqueroute frauduleuse et répertoriées comme liées à la Ndrangheta organisation criminelle italienne. La société Pato Perforazioni, active sur le chantier de La Maddalena, a perdu son attestation anti-mafia suite à une décision préfectorale. Mme Lorenzetti, Présidente de Italferr, subsidiaire d’ingénierie des Chemins de Fer italiens et fournisseur de LTF a été arrêtée en Italie pour corruption, association de malfaiteurs et abus de pouvoir.

VOIR AUSSI