Mobilité

Pôle de compétitivité LUTB-RAAC: l’innovation paie déjà

Les projets labellisés par le pôle de compétitivité Lyon Urban Truck and Bus et par le cluster Rhône-Alpes Automotive Cluster ont abouti à des innovations  mises en oeuvre par des industriels adhérents.  Des recherches sur les économies d’énergie, sur les moteurs hybrides thermique-électricité, sur l’hydrogène, ont apporté des améliorations à des véhicules vendus dans le monde par Renault Trucks, Volvo, Iveco et d’autres entreprises.

Dans la compétition mondiale sur les marchés du transport de marchandises et de personnes, ces innovations ont permis de ne pas décrocher. Elles ont permis de conserver des moyens de recherche-développement, des capacités de production. Les quelque 175 adhérents de l’association Lyon Urban Truck and Bus et Rhône-Alpes Automotive Cluster sont pleinement dans la course pour des transports plus économes en énergie, plus sûrs et plus intelligents.

En 2012 l’association LUTB-RAAC a encore progressé. “ Nous réunissons 175 adhérents, dont 26 très petites entreprises, 46 pme et 17 Entreprises de Taille Intermédiaire, ETI, soit entreprises au total en dehors de groupe” explique Philippe Grand, président de l’association (1)

En 2012, le pôle devenu LUTB Transport & Mobility Systems ( Systèmes de transport et de mobilité) a été classé parmi les 20 pôles les plus dynamiques, sur 71. Il a été labellisé par une agence allemande parmi les clusters européens d’excellence.

Bons résultats d’un appel à projets

Les capacités du groupement ont été confirmées au printemps 2013, lors des résultats de l’appel à projet du Fonds Unique Interministériel ( FUI) qui finance des projets innovants.  Le projet TESSA, sur les bruits vibratoires dans des véhicules comportant des matériaux composites légers, a été retenu. Comme le projet Geotrans MD, sur la géolocalisation des transports de matières dangereuses, comme le projet RENOTER, de récupération de l’énergie à l’échappement d’un moteur, ou encore le projet MOBICUS, pour des systèmes innovants de gestion de batteries. En tout ces projets mobiliseront  17,7 millions d’euros de budgets de recherche.

Des projets aux produits

Les prochains objectifs sont clairs. Le pôle de compétivité veut plus que jamais transformer les projets en produits et services sur des marchés porteurs. Des marchés qui ne sont plus seulement des marchés industriels, de camions, de cars, de bus mais des marchés de systèmes entiers, dans lesquels les véhicules sont une partie de la solution.

L’objectif est de dépasser les limites de la ville. Les transports de marchandises et de personnes sont un enjeu sur la planète où l’urbanisation galope. Il faut mieux se déplacer et tranporter mieux dans les métropoles.

Il faut aussi connecter les métropoles à leur environnement, local, régional, national. Il faut aussi connecter les transports terrestres à d’autres modes de transport, fluvial et aérien. C’est une raison de plus pour développer la recherche, mais aussi des enseignements nouveaux, comme par exemple à l’INSA de Lyon. C’est la raison de la création de l’Institut des Transports et de la Mobilité Urbaine, l’ITMU.

michel.deprost@enviscope.com

1) Directeur des Affaires publiques d’IRISBUS

2) Fonds Unique Interministériel, fonds apportant des financements pour des projets industriels.

VOIR AUSSI