Énergie

Marc Jedliczka (Association Hespul): le photovoltaïque français ne peut attirer des investisseurs

J’ai été l’un des représentants des ONG dans le cadre du Grenelle. Pendant trois ans, on nous a trompés sur le Grenelle : nous raisonnions sur des planchers et, aujourd’hui, on nous oppose des plafonds. Si l’on fait 5,41 GW, on a l’impression que c’est la catastrophe : à l’époque, les centaines de mégawatts étaient les unités de compte. Aujourd’hui, on parle de gigawatts. Avec cet arrêté tarifaire, on met la France en dehors du train.

Cela vient d’une vision de départ erronée : les 5 400 MW ont certes été acceptés mais il n’y avait pas de consensus sur ce chiffre, certains voulaient aller beaucoup plus loin. Aujourd’hui, ce seuil est coulé dans le marbre du plan national d’action qui a été remis à la Commission européenne. Mais pourquoi s’interdire de dépasser ce plafond si on limite la CSPE ? Le vrai sujet, c’est la maîtrise de la CSPE : nous avons fait le constat en 2006 que les tarifs d’achat créaient des bulles : on avait favorisé l’émergence de niches qui ont coûté très cher. Alors que l’industrie photovoltaïque existait depuis 1975 avec l’entreprise Photowatt, qui figurait parmi les quatre premiers mondiaux, nous n’avons aujourd’hui plus d’industrie française à proprement parler car elle joue petit bras avec un facteur de production divisé par dix par rapport à ses concurrents.

Impossible de trouver des investisseurs

La CSPE ne bougera pas tant que les méthodes de calcul de la compensation pour les tarifs d’achat ne seront pas mises sur la table. Le législateur doit se saisir de cette question, d’autant que la CSPE finance à 80 % des énergies fossiles, des gaz à effet de serre au travers de la péréquation tarifaire. Le photovoltaïque est accusé de tous les maux mais il représente peut être un quart des 20 % restants ! La CSPE doit être mise au service du développement d’une énergie renouvelable. Avec 500 MW, le chiffre d’affaires des entreprises va baisser mécaniquement dans les dix ans à venir. Il sera donc impossible de trouver des investisseurs français et étrangers.
” La France n’achètera que du chinois”
Il faudrait peut être aussi interroger les directions qui s’occupent des bâtiments ; j’ai participé aux travaux du plan Grenelle bâtiment l’été dernier. Dans ce domaine, le point de vue de l’État n’est pas du tout celui qui a été exprimé cette après-midi. On nous dit de préparer les bâtiments de demain mais, dans le même temps, on interdit à l’industrie du bâtiment toute courbe d’apprentissage alors que ses temps de réponse sont très lents. Avec les systèmes simplifiés à 100 kilowatts, on ne disposera d’aucune expérience sur les bâtiments qui se construisent dans les éco-quartiers. Même remarque pour les bâtiments existants. Comme l’a dit un sénateur, la France n’achètera plus que du chinois dans dix ans. La représentation nationale doit avoir un débat de fond sur ces questions.

Dernier point : vous êtes les représentants des citoyens français et je voudrais que vous me disiez quel citoyen français est capable de comprendre l’arrêté tarifaire : c’est byzantin ! Il va sans doute falloir 18 circulaires pour expliquer l’arrêté. La technocratie décide pour tout le monde et c’est extrêmement néfaste pour la démocratie. Dans les autres pays, les arrêtés tarifaires sont compréhensibles par tous”. Sur ce point, Ladislas Poniatowski a estimé que Marc Jedliczka posait une vraie question.

michel.deprost@enviscope.com

VOIR AUSSI