Science

Nanotechnologies: quelles recherches pour quelles applications?

Bruno Masenelli, Professeur des Universités, chercheur à l’Institut des Nanotechnologies de Lyon, évoquera les recherches menées à l’INL. Des recherches qui portent sur trois grands domaines : la santé, l’énergie et les énergies renouvelables, les technologies de l’information.

L’Institut des Nanotechnologies de Lyon est un laboratoire  du CNRS  associé à plusieurs établissements d’enseignement supérieur et de recherche de l’agglomération : Université Claude Bernard Lyon 1, INSA de Lyon, Ecole Centrale de Lyon, Ecole Supérieure de Chimie Physique Electronique de Lyon.  Le laboratoire a pour responsables, Catherine  Bru-Chevallier, directrice, et Christian  Seassal, directeur adjoint.

90 publications internationales par an en moyenne

Le laboratoire (budget total hors salaires environ 4 M€ HT)  compte  67 enseignants-chercheurs, 22 chercheurs CNRS, et une quarantaine de personnels d’accompagnement de la recherche (ingénieurs, techniciens, personnels administratifs). Il  accueille 100 doctorants et 15 post doctorants. Ces chercheurs  produisent chaque année environ 90 publications internationales, donnent environ 120 conférences  internationales et déposent en moyenne  trois brevets. L’INL a été lauréat 2012 des Trophées de l’Innovation de l’INPI au niveau national dans la catégorie « Laboratoires de Recherche ».

L’INL développe des recherches technologiques multidisciplinaires dans le domaine des micro et nanotechnologies et de leurs applications. Les recherches s’étendent des matériaux aux systèmes, en vue de permettre l’émergence de filières technologiques complètes. Le laboratoire qui s’appuie sur la plate-forme technologique  NanoLyon coopère avec de nombreux laboratoires de recherche français et étrangers.

Les recherches sont articulées autour de quatre grands axes thématiques : matériaux fonctionnels, Nanophotonique – photovoltaïque, Electronique, Biotechnologies pour la santé. Les domaines d’application couvrent de grands secteurs économiques : les technologies de l’information, les technologies du vivant et de la santé, l’énergie et l’environnement.

Matériaux fonctionnels

Les recherches concernent les matériaux fonctionnels : intégration monolithique d’oxydes fonctionnels sur Silicium, hétérostructures combinant semiconducteurs et oxydes cristallins, nanofils, hétérostructures pour la photonique, nanoémetteurs et nanosondes, nanostructuration par anodisation électrochimique, nanocaractérisation, études physiques.

Technologies de l’information

Les recherches concernent le secteur des technologies de l’information : nano dispositifs en Silicium, architectures de calcul à base de technologies émergentes, systèmes de capteurs distribués, méthodes de conception hétérogène, MEMS, cristaux photoniques, intégration nanophotonique, MOEMS III-V.

Energie

L’INL travaille dans le secteur de l’énergie :   photovoltaïque sur silicium (procédés cellules, couches minces, nanostructures), matériaux et dispositifs pour la récupération d’énergie.

Technologies pour la santé

Enfin l’INL est présent dans le secteur des biotechnologies pour  la santé : micro-nano-biosystèmes intégrés, capteurs biomédicaux, vêtements intelligents, laboratoire-sur-puce, micro-nano-fluidique.

Bruno Masenelli

 Ingénieur diplômé de l’Ecole Centrale de Lyon, Bruno Masenelli a été doctorant de 1996 à 1999 au laboratoire LEOM à Lyon où il a travaillé sur les propriétés de matériaux organiques.  Il a poursuivi  sa carrière  à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne. Il a été ensuite pendant dix ans Maitre de Conférences  à l’Université Claude Bernard Lyon 1 où il a travaillé  sur les semi conducteurs, sur les sources de photons.  Il est depuis 2010, Professeur des Universités à l’INSA de Lyon et chercheur à l’Institut des Nanotechnologies de Lyon.

VOIR AUSSI