Environnement

Parc naturel régional de l’Aubrac : feu vert d’Auvergne Rhône-Alpes

Le Conseil régional d’Auvergne Rhône-Alpes a donné son feu vert pour la poursuite du projet de Parc naturel régional de l’Aubrac, dont 12 communes sont situées dans la région.
Le projet de Parc naturel régional de l’Aubrac ( 33 000 habitants sur un territoire de 2200 kilomètres carrés) s’étend sur le plateau de l’Aubrac, plateau du Massif Central situé sur les Département de la Lozère, du Cantal et de l’Aveyron. Le projet de PNR a pris forme avec la création en 2010 d’une association de préfiguration. En 2012, les Régions Midi -Pyrénées, Languedoc Roussillon et Auvergne ont délibéré en demandant la rédaction d’une charte résumant le projet global du futur parc naturel régional.
Après modification de périmètre, le contour du projet a englobé 82 communes des trois départements, chiffre ramené à 64 communes après fusion de plusieurs collectivités. Douze communes du périmètre du parc font partie du département du Cantal, donc de la Région Auvergne Rhône-Alpes: Anterrieux, Chaudes Aigues, Deux Verges, Espinasse, Fridefont, Jabrun, Lieutades, Maurines, Saint Martial, Saint Rémy de Chaudes Aigues, Saint Urcize et La Trinitat.

Le territoire est largement  consacré à l’élevage et aux activités forestières. Il possède un patrimoine historique important dont plusieurs sections et monuments du Chemin de Saint Jacques de Compostelle inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco.
Mais il s’agit d’un territoire fragile, surtout dans son coeur,  si sa partie orientale bénéficie de la traversée de l’A 75 et sa partie occidentale de la proximité relative d’Aurillac. L a Charte du futur parc naturel régional de l’Aubrac, comprend quatre axes de développement. Le parc devra renforcer  “l’identité exceptionnelle”  de l’Aubrac, notamment préservant et en valorisant ses patrimoines naturels. L’objectif sera de préserver la ressources en eau, de préserve les paysages naturels et de valoriser identité cultuel du plateau.
Le deuxième axe vise à conforter la dynamique économique du territoire ” Aubrac, par une valorisation ” durable de ses ressources. Il s’agit de renforcer l’agriculture, les activités forestières, les entreprises de proximité et de développer les énergies renouvelables. Enfin l’axe 3 entend garantir la qualité de vie et l’aménagement durable des espaces, au niveau de l’habitat, de la mobilité, de l’urbanisme, des technologies de l’information et de la communication; Cet axe prévoit l’accueil de nouvelles populations grâce au déploiement de service e nécessaires à leur implantation (vie culturelle, lien intergénérationnel, offres pour l’enfance et les jeunes, pour les personnes handicapées.)
Si la Région Occitanie est pilote, Auvergne Rhône-Alpes est engagée dans la mise en route du Parc et dans son futur fonctionnement. Elle devra financer sa part du fonctionnement du Syndicat mixte qui gèrera le parc. Elle accompagnera les opérations qui déclineront sont futur Schéma Régional d’Aménagement, de Développement Durable et d’Egalité des Territoires (SRADDET).

VOIR AUSSI