Haute-Loire

Parc régional des Sources et Gorges de l’Allier : La démarche sera défendue

Parc régional des Sources et Gorges de l’Allier : La démarche sera défendue

Christine BANASSAT Présidente de l’association de préfiguration du Parc Naturel Régional sources et gorges de l’Allier, a exprimé dans un éditorial sur le site de l’association, dénonce les mensonges de Laurent Wauiqiez et l’absence de dialogue.

”  Nous savions que nos chances de voir naître le PNR sources et gorges de l’Allier, étaient minces, mais le réveil est douloureux. Ce qui est douloureux c’est de ne pas avoir pu être au minimum écouté, qu’il n’y ait eu aucun consensus, ni avec les chambres consulaires, ni avec le Président de la Région Auvergne Rhône-Alpes. On peut avoir des idées différentes, mais on peut échanger dessus. C’est dans le dialogue que les choses évoluent avec bon sens. Là ce n’est pas le cas.”
La présidente de l’association, Christine Banassat, entend dans un texte publié sur le site de l’association de préfiguration du PNR des Sources et Gorges de l’Allier, rétablir la vérité sur les positions des territoires.

Sur les 46 communes de Haute-Loire ayant approuvé la Charte du futur parc, seule quatre ou cinq rappelle Christine Banassat,  ont accepté la proposition de Laurent Wauquiez d’une aide directe accordée par la Région. Le chiffre annoncé par Laurent Wauquiez de 50 communes porte seulement sur les communes soit hors périmètre du parc soit qui avaient refusé de faire partie du périmètre du futur  parc”. Et c’est de bonne guerre qu’elles optent pour une telle proposition, mais c’est hors sujet car elles n’étaient pas concernées sur le choix que le président de la région Auvergne Rhône-Alpes proposait il y a deux mois.”

Face à Laurent Wauquiez nous n’existons pas

Christine Banassat met en cause Laurent Wauquiez en évoquant ” des mensonges, une absence totale de dialogue, absence d’écoute, aucun consensus …  ” ” Face à lui nous n’existons pas. Cela ressemble à du mépris à l’encontre des élus et des citoyens du monde rural.

La présidente de l’association ne renonce pas.  Pour elle, le travail réalisé pour le projet de charte a été reconnu à l’unanimité, même par la majorité régionale qui a souhaité que soit utilisée la charte dans les réflexions à venir.
Nous sommes touchés, mais pas KO, et notre volonté de voir notre territoire se développer sera la plus forte. Nous avons créé des liens, qui n’auraient jamais existé sans la dynamique du projet. Et cela c’est du concret. A nous d’en faire quelque chose maintenant. Nous avons travaillé avec les Lozériens qui doivent se sentir très orphelins aujourd’hui. Utilisons nos forces avec bon sens, en structurant les projets à venir, en n’oubliant personne et surtout pas les petites communes.

Ce contenu est réservé aux abonnés...

Déjà abonné ? Connectez vous !

VOIR AUSSI