Solaire

Photovoltaïque: l’objectif annuel passe de 500 à 1000 MW

Delphine BATHO, ministre de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie,  a annoncé ce lundi  plusieurs mesures pour que la filière photovoltaïque manitienne ses emplois et ses outils de production jusqu’à ce que le débat sur la transition énergétique aboutisse à une politique industrielle.

La ministre a annoncé ces mesures lors de sa visite de l’entreprise MPO qui industrialise une technologie innovante de cellules photovoltaïques à haut rendement. Cette technologie a été développée par l’INES, l’Institut National de l’Energie Solaire (INES) à Savoie Technolac.

Puissance installée doublée

La puissance annuelle cible installée double dès dès 2013, et passe de 500 MW à 1 000 MW. Des augmentations de tarifs seront mises en place pour les panneaux d’origine européenne et pour les installations respectant les critères d’intégration simplifiée au bâti, d’autre part.

Les critères de l’appel d’offres pour les installations solaires de plus de 250 kW  ont été précisés:

-200 MW pour les technologies matures, sur bâtiment et ombrières de parking ;

-200 MW pour les technologies innovantes, telle que le photovoltaïque à concentration et trackers.

Dans un communiqué du syndicat, les adhérents de SER-SOLER se réjouissent d’annonces, ‘ convergentes avec celles proposées par le Syndicat des énergies renouvelables” . Ces mesures constituent pour eux les premières mesures concrètes en faveur de la filière depuis plus de deux ans.

Baisse de 20% des tarifs pour les centrales au sol
Les membres du SER  regrettent néanmoins la baisse de 20 %, qui plus est, rétroactive, au 1er octobre 2012, du tarif T5 auquel sont éligibles, en particulier, les centrales au sol. Pour le SER, ce caractère rétroactif constitue un préjudice pour les entreprises qui se sont positionnées sur ce segment de marché.

« Nous sommes satisfaits de la majorité des mesures annoncées aujourd’hui. Elles permettront à l’outil industriel de traverser la période à venir jusqu’aux conclusions du débat sur la transition énergétique dont nous espérons qu’elles fixeront un cap ambitieux à la filière photovoltaïque française. Le SER apportera des propositions précises pour la construction d’un nouveau modèle de développement du photovoltaïque dans notre pays», conclut Arnaud MINE, Président de SER-SOLER.

VOIR AUSSI