Eau

Plusieurs projets de centrales hydrauliques menacent les milieux alpins selon la CIPRA

La CIPRA ne cite pas dans la liste de projets nuisibles pour l’environnement situés en France. La CIPRA suggère dans sa prise de position, l’amélioration des barrages existants, ce qui est l’option retenue par EDF pour l’équipement de la vallée de la Romanche ( Isère). Mais plusieurs projets de taille parfois modeste sont prévus.
En Suisse de nombreux projets de construction de centrales suscités par la politique de rétribution à prix courant du courant injecté (RPC). Les exemples ci-dessous ont un impact négatif sur la nature (aménagement de cours d’eau encore intacts, construction dans un espace protégé, non-respect des quantités d’eau résiduelle) : Gletsch-Oberwald et Walibacha Centrale de Kummenbord, dans le Valais, la Centrale de Berschnerbach, et la Centrale de Fermelbach dans le canton de Berne.
Plusieurs projets sont cités par la CIPRA en Slovénie. La centrale d’Ucja doit être construite d’ici à 2015. Un barrage de retenue d’une hauteur de 85 mètres permettra de créer un lac de près de 4 millions de m3. La production moyenne annuelle sera de 35 GWh. Sur les rivières Idrija et Trebuša plusieurs centrales sont prévues d’ici à 2023 avec une production totale de 200 GWh par an. Sur la rivière Soca, le principal fleuve du pays, réputé pour sa beauté, mais aussi la qualité de ses eaux et de sa faune, d’ici à 2025, deux centrales hydroélectriques (Kobarid et Kamno) sont prévues, avec une production de 268 GWh par an.
En Allemagne, sur la Lech des projets d’installation de turbines sur des digues de retenue existantes dans une zone protégée et une zone Natura 2000, sur le dernier tronçon non aménagé de la rivière, au sud d’Augsbourg. Sur l’Ammer plusieurs constructions de centrales hydroélectriques sont prévues entre Oberammergau et le lac d’Ammersee. L’Ammer est l’un des derniers cours d’eau des Alpes du Nord qui ne soit pas équipé de retenue d’eau ni centrale hydroélectrique de grande taille de sa source à son débouché. L’Ammer fait également l’objet d’un projet de renaturation du WWF.

VOIR AUSSI