Environnement

Pollutec confirme sa place de rendez-vous mondial des technologies propres

Pollutec confirme sa place de rendez-vous mondial des technologies propres

Du 2 au 5 décembre à Lyon-Eurexpo, Pollutec, 26ème salon international des équipements, des technologies et des services de l’environnement un tremplin pour les coopérations internationales.

La crise économique a semblé masquer la question environnementale. Erreur. Les enjeux environnementaux, énergétiques, climatiques, les matières premières restent au premier plan. Les aléas conjoncturels n’y font rien. Les éco-technologies sont indispensables.
Transition énergétique, énergies renouvelables, énergies décarbonnées, protection des ressources et de la biodiversité, économie circulaire, recyclage, prévention des risques sanitaires, traitements plus doux des pollutions, transports à moindre impact : tous les pays (ou presque) ont le même agenda.

La nouveauté, une vision globale, une demande mondiale, et des offres qui s’adressent à des marchés de plus en plus ouverts. Dans ce paysage mondial, l’offre française reste appréciée. Pollutec reste le numéro un mondial, rendez-vous incontournable pour les professionnels à la recherche de partenaires du monde entier.

L’Afrique à Pollutec

Evènement majeur, Pollutec mettra en avant les opportunités du continent africain. Continent voisin, l’Afrique est restée longtemps en dehors des débats environnementaux. L’Afrique n’était jusqu’à présent qu’un potentiel de ressources, quand elle n’était pas le lieu de recyclages clandestins, une poubelle du monde développé.
La donne change. Les énormes richesses de l’Afrique apparaissent sous un jour nouveau : potentiel hydroélectrique énorme, énergie solaire, biomasse. L’Afrique c’est aussi un ensemble de besoins : eau potable, assainissement, recyclage des déchets urbains, dépollution, déconstruction, transports urbains, transports fluviaux, ferroviaire, agro-alimentaire. Tout ou presque est à faire. Et quelques signes sont encourageant : des exportations de matières premières qui apportent des recettes, des Etats moins endettés, une stabilité qui avance, des administrations qui se mettent à fonctionner et surtout des entrepreneurs.

L’Afrique anglophone s’en sort assez bien, du Ghana au Kenya, sans oublier l’Afrique du Sud et le Nigéria, qui offrent de vrais marchés. La situation est beaucoup plus difficile pour l’Afrique francophone. Mais ces régions bougent doucement.

Le pays invité d’honneur de Pollutec est la Côte d’Ivoire. En relance économique le pays compte les transports et l’environnement parmi ses secteurs fondamentaux aux côtés des activités bancaires, de la téléphonie et des TIC. Le pays est engagé dans un Plan national de développement de près de 17 mds € pour la période 2012-2020. La Côte d’Ivoire sera présente sur un stand institutionnel, mais aussi lors de des conférences et débats (cf. enjeux,politiques et réglementations, projets à venir) et des rencontres d’affaires sur les opportunités de collaborations économiques et techniques. Une importante délégation attendue, conduite par le ministre de l’Environnement.

Ce contenu est réservé aux abonnés...

Déjà abonné ? Connectez vous !

VOIR AUSSI