Eau

Pollution marine : Interpol a coordonné une opération répressive mondiale

Pollution marine : Interpol a coordonné une opération répressive mondiale

Une opération internationale de détection et de répression de la pollution maritime coordonnée depuis Lyon par Interpol a mis au jour des centaines de violations et révélé de nombreux cas de contamination dans le monde.

Sous le nom de code 30 jours en mer, cette opération qui a duré un mois (du 1er au 31 octobre) a permis à 276 agences de maintien de l’ordre et de protection de l’environnement réparties dans 58 pays de détecter plus de 500 infractions, notamment des rejets pétroliers et de déchets de navires, des démolitions de bateaux illégales, des violations de la réglementation sur les émissions des navires, des pollutions de rivières et des pollutions côtières par rejets d’activités terrestres vers la mer.

Ce contenu est réservé aux abonnés...

Déjà abonné ? Connectez vous !