Construction et aménagement

Projet d’Autoroute A45 : Pour la Frapna il faut plutôt créer des entreprises à Saint-Etienne

Pour plusieurs responsables de la Frapna, les 100 millions promis par la Région pour le projet A 45 devraient être utilisés pour implanter et développer des entreprises dans la Métropole de Saint-Etienne.

Alors que le Conseil régional Auvergne Rhône-Alpes doit décider de sa participation au financement de l’A45, une seconde autoroute entre Saint-Etienne et Lyon, la Frapna avance une autre utilisation des fonds publics. Eric Feraille, président de la Région Frapna, Raymond Faure, président de la Frapna Loire et Nicolas Husson, président de la Frapna Rhône et Métropole, estiment que le projet ne résoudra pas les problèmes de circulation entre Lyon et Saint-Etienne.

Un projet inutile et nuisible,

L’A45 est tout d’abord un projet inutile qui n’aura pour effet que d’accumuler encore plus de voitures et de camions, aux portes des deux agglomérations lyonnaise et stéphanoise. En effet, les lois de la physique sont universelles et c’est le plus petit tuyau qui détermine le débit, en l’occurrence les arrivées sur Lyon ou Saint-Etienne qui seront encore plus saturées.
L’A45 augmentera encore la pollution de l’air avec son cortège de maladies respiratoires et de cancers. Les associations rappellent que Lyon est l’une des villes françaises les plus polluées, que ce soit pour les particules ou le dioxyde d’azote, émis par les transports et plus particulièrement par les moteurs diesel. ” Dans l’agglomération lyonnaise, de plus en plus de voix s’expriment pour la réduction des débits routiers et non pour leur augmentation. Il faut les écouter !

L’A45 est aussi un projet “climaticide”. La future autoroute entainera un accroissement des émissions de gaz à effet de serre, alors qu’il faudrait mettre l’accent sur la protection du climat et la réduction des émissions. Tout projet routier étant générateur de trafic nouveau, ce projet d’infrastructure rentre en opposition directe avec les objectifs de la COP21.

Destruction de terres agricoles

L’A45 détruira plus de 500 hectares d’espaces agricoles et naturels à forte biodiversité. ” Un frein doit être mis à la consommation irresponsable d’espaces naturels et agricoles en France, où l’équivalent d’un département tous les 7 ans est « artificialisé »”.

D’autres solutions

Pour la Frapna enfin, l’A45 est un projet ruineux. ” Ne serait-il pas plus avisé d’investir les 100 millions d’euros annoncés dans la création et la confortation des entreprises stéphanoises plutôt que d’accorder une subvention déguisée à une multinationale des travaux publics ? 
La réhabilitation de l’A47, couplée à une amélioration du service TER, est pour la Frapna une alternative bien moins coûteuse qui rendra de bien meilleurs services. ” Qui veut d’un second Paris avec des villes dortoirs en périphérie ? Face aux enjeux sanitaires, climatiques, mais aussi économiques et démographiques, c’est bien dans les TER et les autres modes de transports collectifs du 21ème siècle qu’il faut investir les précieux fonds publics régionaux. ”

VOIR AUSSI