Environnement

Débat budgétaire 2010 : la gauche veut plus d’autonomie, la droite plus de rigueur

Au nom de l’UMP Emmanuel Hamelin a estimé pour Rhône-Alpes que les dépenses d’investissements de 2010 progresseraient de 7 millions, contre 47 millions pour les dépenses de fonctionnement. Il a dénoncé l’accroissement du recours à l’emprunt, 438 millions en 2010 soient 40 millions de plus qu’en 2009. Emmanuel Hamelin estime que cette augmentation de l’emprunt obère les marges de manœuvre. Logiquement, pour l’UMP la réforme des collectivités territoriales est nécessaire car ces dernières ont, hors transferts de compétence, accru fortement leurs dépenses.


Pour le groupe CENTRE, Eric Fournier a demandé que la Région modère la pression fiscale, et consacre ses ressources à des investissements. Il faut, explique-t-il que la Région cible mieux ses interventions, évite de se disperser et se concentre sur ses compétences. Le maire de Chamonix estime que le volume de la dette régionale majoré à 2 milliards d’euros en 2010, soit un triplement par rapport à 2004. « La majorité régionale avait en effet « omis » d’intégrer, dans son tableau financier de la dette sur les exercices 2008 à 2010, le coût des deux opérations de crédit-bail lancées en 2007 et 2008 pour assurer le financement du renouvellement du matériel ferroviaire.»


Pour le Front National, Hugues Petit, est d’accord avec la dénonciation de la réduction progressive de la fiscalité régionale, prévu par le projet de loi sur la réforme des collectivités territoriales . Mais le conseiller FN a rappelé qu’en 2000, la part régionale da la taxe d’habitation avait été supprimée sous le gouvernement Jospin et que le gouvernement d’alors avait déjà moins transféré de moyens que de compétences. Hugues Petit estime que « trop d’impôt tue l’impôt » Le Front National a rappelé l’augmentation des impôts locaux par les collectivités pilotés par des majorités de gauche et des maires socialistes.



Au nom du MODEM Denis Chambe, salue quand même le gel de l’augmentation de la fiscalité « ce qui permet aux Rhônalpins de digérer les augmentation d’impôt passées». Le représentant du MODEM salue aussi le maintien d’investissement, le soutien à l’économie. Les élus MODEM sont d’accord pour un recours à l’emprunt pour avoir un effet contra-cyclique afin de soutenir l’activité. » Ce n’est pas pour autant que nous donnons quitus à vote politique d’augmentation de vos premier budget ». Une éventuelle nouvelle augmentation de dépense, donc d’emprunter n’est pas exclus et le MODEM ne serait pas opposé à cette augmentation dans le cadre du budget primitif 2010.




Pour le Parti Communiste Français, Cécile Cukierman, a présenté le projet de réforme des collectivités présenté par le gouvernement comme une attaque de l’Etat contre les collectivités. Pour le PC, la réduction du nombre des élus entrainerait un recul de la démocratie. Le PC propose d’agir au niveau budgétaire, sur la création d’emploi, sur l’accroissement de l’aide aux missions locales pour aider les jeunes. Le PC soutient la mobilisation des salariés des missions locales en grève pour demander une hausse de 15% de leurs salaires. Le parti demande des aides pour les familles, des tarifs sociaux pour les TER.


Pour le PGA, Parti de Gauche et Apparentés, Elisa Martin, estime la réforme des collectivités aura de graves conséquences. « Cette loi est catastrophique et consacre de réels reculs. En effet les modes de scrutin retenus, concernant la coopération intercommunale, ne permettent en rien un débat démocratique portant sur des projets alternatifs dont les citoyens pourraient effectivement se saisir et choisir en toute clarté. Alors même que les métropoles sont susceptibles d’exercer des compétences majeures (toutes en fait, même celles de l’Etat) qui concernent notre vie et engagent notre avenir. Ainsi seront encore renforcés les baronnies et potentats locaux (..). Ainsi sera renforcée l’opacité qui caractérise souvent la gestion intercommunale »


« Du point de vue de la mise en œuvre de l’intérêt général, la suppression de la clause de compétence générale est inquiétante, elle réduit de fait les capacités d’intervention des collectivités et donc de l’action publique ». L’Etat doit faire plus et ne pas se désengager. Mais la Région ne doit pas financer les écoles privées, et elle doit mesures son soutien aux entreprises privées. Le PGA veut privilégier un développement en faveur d’une économie relocalisé dans lequel.


Radicaux de Gauche: André Friedenberg a critique à son tour les conséquences de la réforme des collectivités territoriales, et soutien les orientations budgétaires de la majorité à laquelle il appartient.


Pour Myriam Combet (NA), il ne faut pas « accompagner le libéralisme» « Je souhaite qu’un jour vous puissiez soutenir les travailleurs en lutte comme la Région soutient les entreprises et les reconversions industrielles. Elle critique les aides publiques qui ne sont pas suivies d’engagement de la part des entreprises. La représentante du NA veut à la création d’un rapport de forte pour arriver à la rupture avec le système capitaliste».


Pour les Verts, (dont nous présentons par ailleurs certaines propositions) Benoit Leclair a rappelé notamment que la contribution énergie aurait du être juste et s’appliquer à toutes les énergies, au lieu de place nous avons eu un ersatz de taxe.

VOIR AUSSI