Risques de mouvement de terrain à Perrier (63) : des mesures à justifier, selon l’Autorité environnementale

L’Autorité environnementale du Conseil général de l’Environnement et du Développement durable a rendu le 30 avril un avis mitigé concernant l’élaboration du plan de prévention des risques naturels de mouvements de terrain (PPRNmvt) de Perrier, saluant le fond et soulevant des problèmes de forme, ainsi que l’absence d’évaluation des impacts potentiels du plan sur l’urbanisation.

Située dans le Puy-de-Dôme et contiguë à la commune d’Issoire, la commune de Perrier présente, du fait de sa configuration géomorphologique, des risques de chutes de blocs et de masses rocheuses, ainsi que de mouvements de terrain depuis le coteau vers certaines zones du village, en particulier dans le secteur dit « des grottes ».

Selon l’Autorité Environnementale, le plan de prévention des risques naturels de mouvements de terrain présenté par la direction départementale des territoires du Puy-de-Dôme est, d’une manière générale, « bien construit et bien documenté » et « appréhende de manière pertinente les différents impacts directs du projet liés aux travaux prévus, en particulier sur les milieux naturels ». Cependant, dans son règlement, le projet de PPRNmvt ne reprend pas entièrement les conclusions du rapport d’incidence, et liste parmi les techniques de sécurisation qui peuvent être mises en œuvre un certain nombre de travaux lourds, comme des renforcements de cavités.

L’Autorité Environnementale recommande donc de justifier les raisons conduisant à retenir dans le règlement du PPRNmvt ces techniques de prévention, de protection et de sauvegarde, quitte à ce que cela nécessite une actualisation du rapport environnemental. L’Ae recommande également d’évaluer les impacts potentiels de l’élaboration du plan sur l’évolution de l’urbanisation à l’échelle de la commune et des communes riveraines, puis d’évaluer les impacts environnementaux potentiels d’une telle urbanisation induite.

VOIR AUSSI