Science

Le spectromètre le plus puissant au monde en service à Lyon

Le plus puissant spectromètre de RMN (Résonance Magnétique Nucléaire) commercialisé au monde sera inauguré lundi 12 octobre au Centre européen de résonance magnétique nucléaire de Lyon (CRMN – CNRS / École Normale Supérieure Lyon / Université Claude Bernard Lyon 1). Il fonctionnera à une fréquence proton de 1 gigahertz. Le nouvel équipement offrira à la communauté scientifique internationale une capacité d’analyse unique.


Le CRMN inauguré en 2008 à Lyon a pour but de développer des méthodes innovantes de spectroscopie par RMN, Résonance Magnétique Nucléaire, une technique qui permet d’étudier la structure de la matière organique ou inorganique en utilisant les propriétés magnétiques des atomes.


Capacité d’analyse accrue


Déjà équipée de plusieurs spectromètres de pointe, cette plate-forme va bénéficier des capacités de l’Avance 1000 de la société Bruker, capable de générer un champ magnétique de 23.5 Tesla, correspondant à une fréquence de résonance des atomes d’hydrogène (proton) de 1000 MHz. Depuis 30 ans, les améliorations successives des techniques de RMN ont à chaque fois conduit à de nombreuses découvertes. Les collaborations déjà amorcées avec le CRMN permettent d’espérer des percées rapides et importantes dans plusieurs domaines. La Résonance Magnétique Nucléaire permet d’avancer dans la recherche en diagnostic précoce et nouveaux traitements, notamment contre le cancer avec le Cancéropôle Lyon Auvergne Rhône-Alpes (CLARA). La RMN permet aussi d’améliorer les études de l’architecture et de la dynamique des protéines avec l’Institut de biologie et de chimie des protéines (IBCP, CNRS / Lyon 1). La Résonance Magnétique Nucléaire permet aussi des études des matériaux, dont les nanomatériaux et les produits pharmaceutiques, mais aussi des analyses toxicologiques et domaine de l’environnement. Les analyses pourront être intégrées dans les programmes du compétitivité Axelera (chimie et environnement).

Le CRMN, en partenariat avec d’autres plate-formes RMN à très hauts champs, prend part à un réseau européen d’infrastructures de recherche offrant accès à ses appareillages de pointe à une communauté diverse de scientifiques. L’investissement du CRMN s’élève à 11 millions d’euros. IL a été financé par la région Rhône-Alpes et l’État à hauteur de 50 pour cent.


michel.deprost@enviscope.com



VOIR AUSSI