Environnement

Routes : une industrie en progrès environnemental

L’industrie routière qui a perdu 2 000 emplois au niveau régional représente 12 000 emplois non délocalisables. Le tissus des entreprises s’étend sur tout les territoires pour des activités souvent de proximité.

Le secteur s’est fortement modernisé. Il a développé le recyclage des enrobés, ce qui permet une économie au niveau des granulat, et réduit en proportion l’utilisation de granulats extraits de carrière. Une parge de progression existe encore, mais la ressource est ici le volume de chaussées à rénover.
La profession a fait des progrès en développant l’utilisation de granulats tièdes. Les granulats traditionnels sont utilisés  à une température d’environ 165 degrés. les enrobés tièdes sont utilisés à des températures avoisinant 125 degrés, ce qui permet des économies d’énergie et réduit la pénibilité pour les travailleurs.

La pénibilité a aussi été largement réduite par l’investissement dans des matériels qui ont permis d’alléger les taches physiquement difficiles.

VOIR AUSSI