Forêt

Sécheresse, chaleur, vent : le risque d’incendies de forêt est là

Depuis quelques semaines, plusieurs départements de la zone du Sud de la France sont soumis à une forte activité opérationnelle liée aux feux de forêts résultant notamment de la sécheresse des végétaux conjuguée à des épisodes de vent fort.

Le changement climatique fait apparaitre d’année en année le risque d’incendie de forêt y compris dans des régions où ce risque n’existait pas pendant la saison hivernale. Les températures élevées, la sécheresse des sols et de la végétation, forment des éléments propices. Le risque d’incendie de forêt est aujourd’hui pris en compte dans les cantons de montagne en Suisse, et dans le Piémont.

Un épisode venteux s’est produit le dernier week-end qui devait durer jusqu’à lundi soir. Il concernait plus particulièrement le littoral méditerranéen avec des rafales à 80 km/h et la vigilance a été de mise en Drôme.
Les sapeurs-pompiers du département ont donc été mobilisés pour faire face aux potentiels sinistres sur le territoire départemental et pourront, en fonction des évènements, être sollicités en renfort au profit des départements du Sud de la France. La population est appelée à la vigilance et à respecter les consignes de sécurité évidentes pour limiter l’éclosion de feux d’espace naturel.

Consignes à rappeler au public

La plupart des feux de forêts sont d’origine accidentelle, rappelle la Préfecture de la Drôme. Il s’agit donc d’éviter les sources de mise à feu possibles par des précautions simples. Les cigarettes sont à proscrire en forêt. Les mégots ne doivent pas être jetés en bordure des routes, des massifs forestiers, champs et broussailles. Des précautions d’emploi sont nécessaires pour les barbecues. En particulier, ils doivent être réalisés sur une aire protégée, à distance de la végétation (200 m) et avec un moyen d’extinction à proximité. Les brûlages sont formellement interdits à moins de 200 m des espaces sensibles et en cas de vent supérieur à 40 km/h. Les travaux dans les zones situées à moins de 200 m des massifs sont règlementés car ils peuvent également causer des départs de feu. Sont particulièrement visés les travaux impliquant l’utilisation d’appareils ou d’engins à moteur thermique (disqueuse, débroussailleuse) et le travail des métaux (soudage, meulage, tronçonnage).

VOIR AUSSI