Énergie

Un financement de 200 M€ de la Banque Européenne d’Investissement pour le projet de RTE en vallée du Rhône

RTE et la Banque européenne d’investissement ont signé le  24 avrilun nouveau contrat de financement d’un montant de 200 millions d’euros destiné au chantier ” Vallée du Rhône” de renforcement de la ligne entre Lyon et Montélimar.Philippe Dupuis, directeur général adjoint chargé des finances, des achats, des systèmes d’information et des télécommunications de RTE, et Philippe de Fontaine Vive, vice-président de la Banque européenne d’investissement (BEI).  ont signé le 24 avril  , à Saint-Quentin-Fallavier (Isère), sur le chantier « Vallée du Rhône » un contrat destiné sécuriser et à optimiser les deux axes électriques à 400 000 volts entre Lyon et Montélimar.

Le chantier de la « Vallée du Rhône », dont l’investissement s’élève à 287 millions d’euros, permettra de sécuriser 275 km les lignes électriques existantes et d’augmenter leur capacité en renforçant des pylônes et en remplaçant les câbles actuels par des câbles nouvelle génération. les nouveaux cables permettent d’acheminer  en situation de secours davantage d’énergie.

Les opérations se déroulent sur deux axe. L’axe ouest part du poste du Chaffard, dans le Nord Isère, passe par PIVOZ-Cordier , par l’Est d’Annonay puis à l’ouest du Rhône jusqu’à Coulange au sud de l’Ardèche. L’axe est, part Chaffard,  et passe  à l’est du Rhône par le poste de Beaumont-Monteux pour rejoindre Coulange. L’année 2014 sera consacrée au déroulement nouveaux câbles, à raison d’une longueur de 90 kilomètres, pour l’Ardèche, l’Isère et la Drôme. Les travaux commencés en 2011 doivent durer six et se terminer en 2017.

Philippe de Fontaine Vive (Vice président de la BEI) et Philippe Dupuis (Directeur général adjoint chargé des finances, des achats, des systèmes d’information et des télécommunications de RTE)

Philippe de Fontaine Vive, vice-président de la BEI, a rappelé que le financement concernait  un ”  projet majeur pour la sécurité du système électrique européen, système interconnecté où les problèmes de congestion sont de plus en plus fréquents et doivent être traités d’urgence. ”

 RTE poursuit à ce titre une politique d’investissements soutenus et investit chaque année plus de 1,4 milliards d’euros. La stabilité de notre modèle économique et nos performances financières permettent à RTE de financer, à des conditions particulièrement attractives auprès de la BEI, ces travaux d’envergure, nécessaires à la sécurité électrique de notre pays. a  rappelé Philippe Dupuis,

Ce financement est la seconde partie d’une enveloppe de 500 millions d’euros à laquelle s’était engagée la BEI pour la réalisation de  sept grands projets dans plusieurs régions françaises. Le prêt de la BEI permettra de couvrir près de la moitié des investissements correspondants (1 milliard d’euros sur la période 2012-2016). Le financement des projets contribuera à assurer la sécurité d’approvisionnement, la qualité de l’électricité et à accompagner le développement de nouveaux moyens de production, notamment en énergies renouvelables. Cet investissement réprésente la création d’environ 400 km de lignes à 400 000 volts, 225 000 volts et 90 000 volts et le renforcement de 350 km de lignes existantes à 400 000 volts. Les 7 grands projets sont : Cotentin – Maine, « Vallée du Rhône », le filet de sécurité électrique PACA, Charleville – Reims, sécurisation du sud des Pays de la Loire, Deux Loire et le programme de condensateurs.

VOIR AUSSI