Environnement

Sur les traces de Cathy, accompagnatrice, en forêt de MANIGOD

Cathy, donc l’époux est guide de haute montagne (informations sur les cours au bureau des Guides) aime et défend ce coin de montagne. Sa formation lui permet de vous emmener sûrement pour une découverte d’un monde refroidi par l’hiver respectueuse de la nature.
Le temps d’une pause, Cathy explique l’évolution du paysage, la présence de tourbières ensevelies sous la neige, l’histoire de deux vieux chalets du coté de Follières, un nom qui trahit la présence ancienne de feuillus.
Elle aide à comprendre le paysage, évoque le temps jadis, l’évolution de la foret, du pastoralisme, montre les traits de chaque sommet des Aravis, et au loin, le Mont Blanc qui devient de pétale de rose quand le soleil se couche. L’accompagnatrice dit pourquoi tel versant est nu, rasé par une tempête venue du sud au cœur de massif ; elle s’arrête près d’un tronc où le scolyte (un insecte qui peut faire des ravages) a commencé à creuser des trous agrandis avec gourmandise par des pics noirs.
Ne pas s’écarter des traces
Cathy Cohendet explique la présence des Tétras Lyre dans des secteurs écartés qu’il ne faut pas explorer. L’oiseau sauvage joue à cache cache avec l’homme. Dérangées, les populations parviennent parfois à se déplacer, mais à la longue, la chasse et les dérangements peuvent avoir raison de l’espèce.
Plutôt que de chercher le contact avec les animaux, oiseaux ou mammifères, le promeneur écologiste sage, imaginera la présence mystérieuse d’un oiseau qui fera peut être la surprise d’une apparition. En hiver, comme en période de nidification, il ne faut pas s’écarter des traces afin de ne pas perturber les animaux.
Protégé en partie par le statut de réserve de biotope, le plateau de Beauregard qui offre un vaste domaine nordique, permet une découverte de toute la chaine des Aravis, en hiver à raquettes, ou en traineau, mais il est aussi magnifique à parcourir en été.

VOIR AUSSI