Mobilité

Le trafic de fret France-Italie baisse à travers les Alpes

Les opposants ( 1) au projet actuel de liaison Lyon-Turin, qui mettent en avant les conditions économiques du projet soulignent à nouveau la baisse du trafic fret entre la France et l’Italie, passant par les deux tunnels les plus proches du futur tunnel de base. Pour le  collectif d’opposants ” les chiffres officiels viennent une nouvelle fois démentir les allégations et les prévisions fantaisistes”

Un point bas historique pour le tunnel du Fréjus ?

Le trafic des camions au tunnel du Fréjus a diminué pour les neuf premiers mois de l’année de 8,05 % soit près de 45.000 camions de moins. Le collectif tire les informations des données mêmes de la société d’exploitation du tunnel international du Fréjus . Les chiffres de la société,  publics, indiquent une baisse régulière du trafic de poids lourds depuis 2005, année pendant laquelle le trafic poids lourds a culminé avec un peu plus de 1,1 million de camions en additionant les deux sens.

Depuis les baisses de trafic fret l’emporte sur les hausses assez faibles remarquées certaines années. L’année 2009 a même connu un recul de 17% du trafic qui est tombé, les deux sens étant additionnés, à 683 000 véhicules.  En 2010, le trafic a remonté de 7% à 731 000 poids lourds dans les deux sens, pour se hisser péniblement à 734 000 véhiciles dans les deux sens en 2011.

La baisse sensible constatée pour les trois premiers trimestres de 2012, pourrait aboutir si le rythme se maintient, à un trafic annuel de 670 000 poids lourds dans les deux sens. Un point bas historique serait atteint, équivalent à 60% environ du point haut historique.

Tunnel du Mont Blanc: moins 2,5% de poids lourds

Pour le Tunnel du Mont Blanc les 8 premiers mois de 2012 montrent une diminution de la fréquentation des camions de 2,5 %. Ce sont 390 000 camions qui ont franchi le tunnel, contre 400 000 en 2010, soient environ 10 000 camions de moins. La baisse est pour le tunnel du Mont Blanc, sensible pour les autres catégories de véhicules.

Une baisse de 72 000 poids lourds en 2012

Au total, les opposants estiment plausible “ une diminution annuelle de plus de 74.000 camions pour l’année 2012“. Ces chiffres montrent selon eux, ” une nouvelle fois le caractère fantaisiste des prévisions fournies, pour justifier la construction d’une nouvelle ligne entre Lyon et Turin, qui ne s’appuient sur aucun élément factuel.” “Rien ne justifie un investissement de plus de 30 Milliards d’€uro alors que la ligne existante n’est pas utilisée et que le trafic des marchandises diminue sur cet axe.”. Il faut préciser que le coût de 30 000 milliards avancé par les opposants comprend le tunnel de base et les accès nationaux, dont le coût pour la France seule, serait de 11 milliards. Le coût du seul tunnel international serait de 8 millards environ.

La Coordination des opposants rappelle  “que le tonnage de marchandises transportées entre la France et l’Italie en 2011 est égal à celui de 1988 dans les Alpes du Nord. selon Office Fédéral des Transports Suisse“. Le collectifs des opposants ” demande des investissements pour des transports collectifs fréquents et de proximité ainsi que la réduction des risques et des nuisances dont sont victimes les riverains des voies ferrées.

michel.deprost@enviscope.com

1) Coordination contre le projet Lyon Turin fret voyageur :Collectifs, associations et Elus, Belledonne Ouest, Avressieux, La Motte Servolex, Non Merci, vivre Cognin autrement, Chimilin, MRS, CADS, ADEC, Vivre à Verel, CCLT Chapareillan…

VOIR AUSSI