1. Accueil
  2. /
  3. Actualités
  4. /
  5. Mobilité
  6. /
  7. Transport Ferroviaire
  8. /
  9. Tunnel Euralpin Lyon-Turin :...

Tunnel Euralpin Lyon-Turin : après le creusement, l’équipement se prépare

La société publique TELT ( Tunnel Euralpin Lyon Turin) a présenté aux entreprises les missions à venir pour équiper et exploiter la section internationale de la future ligne.


      Les appels d’offres d’une valeur estimée de trois milliards d’euros sont prêts à être lancés pour transformer le tunnel de base du Mont-Cenis en construction sous les Alpes entre la France et l’Italie, en infrastructure ferroviaire totalement interopérable.
Plus de 230 professionnels de 86 entreprises internationales ont participé ce jeudi  lors de Train World à Bruxelles à la présentation des missions opérationnelles définies par le promoteur public TELT ( Tunnel Euralpin Lyon-Turin) qui se prépare  à devenir de constructeur, exploitant de la future ligne de 65 km entre Saint-Jean-de-Maurienne et Susa, dont 57,5 km à l’intérieur du plus long tunnel de base bitube du monde.
      La matinée a été clôturée par Iveta Radicova, Coordinatrice pour l’Union européenne du corridor ferroviaire sud-Europe méditerranéen,  destiné à réunir par la modernisation des axes ferroviaires, ou  la construction de nouveaux maillons , la péninsule ibérique à l’Europe orientale et aux Balkans.

     L’après-midi, les entreprises ont participé à deux ateliers thématiques pour échanger profondeur avec les professionnels de TELT des aspects techniques, administratifs et juridiques des procédures liées à la section internationale du Lyon-Turin.


Le chantier opérationnel  et les prochaines missions de TELT

 
       Après avoir attribué l’ensemble des contrats pour le creusement du tunnel de base en France et prochainement, les 20% restants en Italie, TELT travaille depuis deux ans à la définition des spécifications fonctionnelles et techniques des systèmes ferroviaires et non ferroviaires de la   ligne fret et passagers.  Il faudra équiper 140 kilomètres de voies et de caténaires, créer deux centres de contrôle-commande  aux extrémités de l’infrastructure pour gérer les systèmes du tunnel et les circulations, 24H/24– surveillé grâce à un système de plus de 900 caméras et capteurs installés sur l’ensemble du tracé. Trois sous-stations électriques indépendantes permettront d’alimenter la traction des trains.

Salles de sécurité


       Cinq sites de sécurité, dont trois souterrains, équipés de salles d’accueil avec un renouvellement d’air depuis l’extérieur,  devront pouvoir accueillir jusqu’à 1 200 personnes chacun. La ventilation du tunnel sera assurée par cinq centrales de ventilation qui utilisent les quatre descenderies déjà construites, ainsi  quatre puits à double flux d’Avrieux qui, en cas d’incendie, permettent à la fois d’extraire les fumées et d’injecter de l’air frais dans les sites de sécurité.

       Deux trains de secours et six véhicules bimodaux (rail-route) sont prévus pour faire face à d’éventuels incendies ou autres incidents. Les sites de sécurité souterrains seront équipés de systèmes d’extinction d’incendie à brouillard d’eau (brumisation) connectés à des câbles fibro-laser thermosensibles qui permettent ‘identifier immédiatement le lieu exact de l’incendie en remontant à l’information à l’opérateur de la salle de contrôle. L’opérateur pourra alors activer la brumisation pour éteindre le feu directement sur le point concerné.

        Pour la sécurité le long du tunnel, 180 rameaux de communication seront installés entre les deux tubes (un tous les 333 m) et 360 portes d’évacuation, ainsi que huit stations anti-incendie équipées de réservoirs d’eau capables de garantir leur fonctionnement pendant plus de 10 heures.
        
Au cours de la journée et pour marquer l’Année européenne des compétences, TELT a organisé une table ronde au cours de laquelle Michael Benedikt, directeur adjoint du CERN à Genève, Sergio Orlandi, chef du département Ingénierie et construction de la centrale ITER, et Mario Virano, directeur général de TELT, ont dialogué avec Emanuela Girardi, membre du conseil d’administration

LinkedIn
Twitter
Email

à voir

Related Posts

BEFC invente une pile biosourcée

La start-up grenobloise Bioenzymatic Fuel Cells (BEFC) a mis au point une source d’énergie durable à base de papier qui pourrait renouveler la manière dont les appareils électroniques de basse puissance portables ou jetables sont alimentés. Les piles bioenzymatiques proposées...

Mag2lyon numéro 163

NEWSLETTER

Rececevez réguliérement par mail nos dernier articles publiés

Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo

Derniers articles publiés

Enquêtes

Reportage Vin 31

Dossiers

Territoires

Environnement

Energie

Mobilité

Médiathèque

économie

économie durable

bioéconomie

économie circulaire

Construction et aménagement

Recherche

Connection

Connexion à votre compte

Récupération de votre mot de passe

Merci de saisir votre identifant ou votre adresse email