Mobilité

Une catastrophe ferroviaire en Italie conforte les opposants au tracé du CFAL


Une catastropheprobablement due à la défaillance mécanique d’un wagon, a fait au début de la semaine passée 14 morts, dont 2 enfants, et 34 blessés dont 16 dans un état grave, dans l’agglomération de Viareggio, au nord est de l’Italie.


Cet accident faire réagir les associations opposées au passage du Contournement Ferroviaire de l’Agglomération Lyonnaise dans des secteurs urbanisés.


FRACTURE réagit à l’explosion survenue en Italie et àla décision du Ministre de l’écologie et du Secrétaire d’état aux transports du tracé de la TGV PACA au coût le plus élevé. ” La catastrophe de Viareggio en pleine ville met en lumière le risque qu’il y a à faire cohabiter une ligne de fret ferroviaire avec ses convois de matières dangereuses en pleine agglomération.


C’est ce qui attend le Val d’Ozon, futur centre démographique de l’agglomération lyonnaise selon l’INSEE, si le tracé du Contournement fret Ferroviaire de l’Agglomération Lyonnaise (CFAL) retenu par D. Bussereau le Secrétaire d’état aux transports le 20 avril 2009 est maintenu. Ceci est sans compter avec les zones Seveso II traversées qui décupleraient les effets d’une telle explosion dans le secteur



L’association note aussi la décision du Ministre de l’écologie et de son Secrétaire d’état aux transports de retenir le tracé de la ligne TGV PACA le plus cher. Cette décision, estime la Fédération ” démontre que, lorsque c’est justifié, le coût ne doit être ni un critère de choix, ni un frein. C’est la raison pour laquelle le tracé du CFAL le plus approprié le long de la ligne LGV prôné par les collectivités Grand Lyon, Conseil Général du Rhône, Conseil Régional ainsi que FRACTURE, bien que plus coûteux, doit être retenu



De son côté, Serge Reboul, de l’association de défense de la Rive droite du Rhône, réagit car l’association redoute un surcroit de trafic sur cette ligne. « Sur la rive droite du Rhône Mr. Bussereau veut prendre la décision de faire circuler plus de 200 trains de marchandises par jours sur une ligne qui traverse de nombreuses villes et villages, sur une ligne construite en 1889 avec des règles de protection pour les riverains qui datent de la même époque. Je pense et je ne suis pas le seul, que ce choix du « CEFAL » porte en lui le germe de grandes catastrophes à venir. Maintenant ils ne pourront pas dire qu’il ne savait pas »



VOIR AUSSI