Science et technique ne suffiront pas pour nourrir l’humanité

Comment nourrir 6,5 milliards d’être humains, dans quelques décennies 9 milliards, sans accroitre les risques pesant sur la planète et sur la biodiversité, et sans développer une agriculture intensive créatrice de déséquilibres sociaux et économiques ? Telle était la question posée par les organisateurs du colloque « Nourrir l’humanité, un défi à relever ensemble », organisé ce jeudi à l’Institut Supérieur d’Agronomie Rhône-Alpes ( ISARA), à l’Agrapole, le pôle qui réunit dans le quartier de Gerland à Lyon, diverses institutions agricoles de Rhône-Alpes.


« On n’a presque pas parlé d’OGM“, pouvait expliquer en fin de journée Dominique Viannay, président de Res’OGM Info, association régionale d’information (plutôt critique) sur les OGM végétaux, mais aussi maraicher à Chaussans, dans les Coteaux du Lyonnais ( Rhône). Le climat était même voulu positif, pour faire tomber les barrières, les préjugés, qui divisent le monde agricole.


Président de la Chambre d’Agriculture


Aucun représentant des organisations agricoles majoritaires n’était présent dans l’amphithéâtre, mais Gérard Seigle-Vatte, président de la Chambre régionale l’Agriculture, a participé (malgré son retard) au déroulement d’une journée placée sous le signe des interrogations responsables d’un monde agricole inquiet. Il faut dire que dans bien des chambres d’agriculture de Rhône-Alpes, sans parler des rangs de FDSEA, des questionnements existent quant aux voies sans issues du ” tout technologique”.


Enviscope n’a pas assisté aux ateliers techniques qui se sont déroulés dans la journée. Ils ont été consacrés à plusieurs thèmes. Gérard Leras, président du groupe de Travail sur autonomie alimentaire des élevages à la Région et Gérard Seigle-Vatte ont participé à un atelier sur l’autonomie alimentaire des fermes. Dans un monde où le commerce non régulé entraine des déséquilibres agricoles graves, l’autonomie des exploitations est un enjeu de taille : pourquoi pas en effet ne pas produire sur place les protéines végétales nécessaires pour les animaux ? Des ateliers ont traité de la nature et de la biodiversité, pensée au service des exploitations agricoles. Un autre atelier a réfléchi au potentiel du végétal et aux innovations culturales, alors qu’un quatrième abordait les recherches en agronomie, en microbiologie des sols, en agro-écologie. Un cinquième atelier était consacré à l’agroforesterie et aux cultures associées.


Métier de paysan


Tout au long de la journée il a donc été question d’une refondation du métier de paysan sur la base de connaissances approfondie des mécanismes biologiques, mais aussi sur la base d’un respect prudent des mêmes mécanismes.


Plusieurs thèmes ont traversé les séances plénières ou les conclusions. Il est ainsi nécessaire que les consommateurs, les citadins, acquièrent des connaissances sur le monde végétal et animal, pour devenir des consommateurs responsables, exprimant des demandes contradictoires. Il est aussi évident que la science et la technique ne règleront pas seules, des problèmes agricoles, la question de la faim, qui relèvent largement de débats sociaux et politiques.


Eliane Giraud, Conseillère régionale Rhône-Alpesn,déléguée à l’agriculture et aux parcs naturels régionaux, a rappelé l’urgence d’actions en faveur du foncier. Il faut protéger les terres agricoles de la pression foncière urbaine, mais aussi rendre les terres accessibles aux exploitants agricoles, par une politique d’installation, ou par des moyens qui dissocient l’exploitation de la propriété. Le colloque a été l’occasion d’évoquer l’action de Terre de Liens, une association qui a créé des outils pour acheter des terres, les protéger de la spéculation, et les mettre à disposition de paysans.


Le philosophe Daniel Cérezuelle, grand témoin de la journée, a conclu en soulignant le fossé qui peut exister entre le besoin d’une agriculture paysanne, et une société où le risque scientiste et technologique est souvent le plus fort, qui fait penser que la science et la technique ont réponse à tout.


michel.deprost@enviscope.com


LinkedIn
Twitter
Email

à voir

Related Posts

Mag2lyon numéro 163
Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo

Derniers articles publiés

Enquêtes

Reportage Vin 31

Dossiers

Territoires

Environnement

Energie

Mobilité

Médiathèque

économie

économie durable

bioéconomie

économie circulaire

Construction et aménagement

Recherche

Bienvenue !

Connectez-vous à votre compte

Récupérez votre mot de passe

Veuillez entrer votre nom d'utilisateur ou votre adresse e-mail pour réinitialiser votre mot de passe.