Environnement

Ambiance d’automne sur les Rochers d’Abraham, en Ardèche

Ce dimanche, le départ de la courte randonnée a eu lieu près du Col de la croix de Bauzon, à 1308 mètres d’altitude, désert malgré une météo clémente. Le sentier, bien indiqué, part à droite vers l’est, et s’enfonce dans une masse de genêts d’un vert soutenu. Le sol est doux, presque sablonneux par endroit, et la marche est confortable, protégée du vent du midi par les genêts. L’impression est délicieuse. Le chemin s’élève régulièrement en trois ou quatre lacets, jusqu’à retrouver une belle et large piste.

Le regard prend du champ, commence à dominer la vallée du Lignon qui prend sa source au col de la Croix de Bauzon, et dégringole vers Jaujac et roule vers l’Ardèche. L’automne dans ce décor granitique offre un contraste de couleurs denses, le rouge ou l’orange des feuillus, le vert sombre des résineux, le gris des blocs rocheux assombris par le contre jour, qui répond au gris des nuages poussés par le vent du sud. Paysage dramatique, mouvementé et en même temps, calme.

La piste longe le versant sud de la crête qui mène aux quelques points sommitaux du Rocher d’Abraham, un nom mystérieux. Les pins sylvestres ont poussé un peu partout. En dépit de l’extension des résineux sur le plateau, la zone conserve, rappellent les inventaires naturalistes, des forêts naturelles dans les pentes, des milieux rocheux et des lambeaux de lande à Myrtille et à Callune,

L’ensemble situé à une altitude relativement élevée, exposé aux vents, appartient à l’étage montagnard, voire ici ou là, à la limite du subalpin. Les forêts sont des sapinières, des hêtraies ou des hêtraies-sapinières, avec des espèces caractéristiques des vieilles forêts, comme la Rosalie des Alpes parmi les insectes. Les forêts intéressantes pour les oiseaux, abritent des aires de nidification de plusieurs espèces de rapaces diurnes comme l’Autour des palombes, le Circaète Jean-le-Blanc. L’Aigle royal qui niche de préférence en milieu rocheux pourrait être présent dans le secteur depuis plusieurs années et probablement en forêt.

Les milieux rocheux offrent non seulement de belles formes sculptées par l’érosion, mais aussi des environnements très variés en fonction de l’exposition et de l’humidité : rocher, éboulis nu et sec, rocher subalpin humide. Ces milieux représentent un grand intérêt botanique comme les tourbières en tête des ruisseaux secondaires où l’on trouve l’Airelle des marais, la Linaigrette engainante et la Rossolis à feuilles rondes qui croissent dans la tourbière active du Mouse de la Bauche. Les crêtes d’Abraham, dans l’ambiance de l’automne qui avance, méritent un détour.

michel.deprost@enviscope.com

Le rocher et le végétal composent un paysage coloré et contrasté

VOIR AUSSI