1. Accueil
  2. /
  3. Actualités
  4. /
  5. Environnement
  6. /
  7. L’été humide a diminué...

L’été humide a diminué les pollens mais l’Ambroisie progresse

La pluie de l’été 2007 des températures pas très élevées, ont freiné la formation du pollen d’Ambroisie. Une baisse des quantités polliniques a été enregistrée. C’est ce que les comptes de l’AFEDA ( Association Française pour l’Etude des Ambroisies) présentés par le Docteur Chantal Dechamp, présidente-fondatrice, ont confirmé. “A Lyon-Bron et Lyon-Saint-Exupéry, les taux hebdomadaires 2007 sont inférieurs à la moitié des moyennes des taux enregistrés depuis 26 ans” explique Chantal Dechamp qui insiste sur les séries de données conservées par l’association.


Le résultat est positif en termes de santé publique.” Les personnes allergiques ont été beaucoup moins gênées en 2007 que les autres années.Ce qui ne signifie pas qu’elles sont guéries. La diminution est constatée dans toutes les villes de France comportant un capteur de pollen. Seuls les taux de Montélimar sont en augmentation. L’invasion de la vallée du Rhône s’accentue au Sud de Lyon. Les taux de l’Ain sont aussi préoccupants en raison de leur augmentation relative” explique un communiqué de l’AFEDA dont le dix neuvième congrès s’est tenu au Grand Parc de Miribel Jonage, près de Lyon le vendredi 30 novembre.



Progression en Europe



L’invasion de l’Ambroisie n’est pas stoppée, loin de là, même si ponctuellement comme dans le département du Rhône, la lutte semble depuis quelques années avoir permis des résultats efficaces. L’extension continue comme le constatent les participants à la rencontre, des Allemands, des Canadiens, des Italiens,des Suisses. L’Ambroisie s’étend en Europe. Pour l’Allemagne, où elle semble s’installer, le médecin de la Direction du ministère bavarois pour l’Environnement, la Santé et la Défense des consommateurs s’était même déplacé pour découvrir la plante.



Télédétection en Rhône-Alpes




Malheureusement, la mobilisation nationale en France n’est ni suffisante ni organisée, l’Etat, à Paris, n’exprimant pas selon Chantal Dechamp, un intérêt à la hauteur. La présidente de l’AFEDA forme donc beaucoup d’espoir sur la mobilisation locale, en particulier sur celle de la Région Rhône-Alpes. Hélène Blanchard, Présidente de la Commission Environnement et Prévention des Risques du Conseil Régional Rhône-Alpes a été appréciée pour avoir soutenu la poursuite de l’étude concernant la télédection de l’ambroisie en Rhône-Alpes commencée en 2001.


Cette action d’identification des grands champs d’ambroisie a été mise au point à partir d’un protocole AFEDA, pour la première fois au monde, grâce au laboratoire CESBIO du CNRS de Yves Auda (Toulouse) en collaboration avec le CNES ( Centre National d’Etudes Spatiales). La technique consiste à identifier la longueur d’onde de la couleur de l’ambroisie pour permettre la détection par satellite. Il faut ensuite, vérifier par des comptages au sol que les constats du satellite correspondent à la réalité du terrain.



Efficacité de la télédétection



Ces recherches ont été effectuées en 2007 par le biais de deux études. Les relevés de terrain ont été élaborés grâce au Comité d’Agglomération du Pays Viennois, au Conseil Général du Rhône, à la Communauté de Communes du Val de Drôme. Les études ont été soutenues aussi par un groupe de travail constitué par la Chambre d’Agriculture de l’Isère, le CETIOM et ACTA. Les relevés ont été comparés aux images satellitaires pour Estrablin et Saint-Symphorien d’Ozon avec 74% d’images bien classées. Une seconde étude a montré qu’en augmentant la fréquence de prises d’images –FORMOSAT- le pourcentage s’améliorait considérablement. En effet lors de l’analyse d’une seule image le 28 juin, 80% des images étaient correctement classés, tandis que lors de l’analyse successive de cinq images (19/06, 28/06, 13/07, 26/07, 1/08), 97% des images étaient correctement classés par rapport aux relevés de terrain.


Mais l’achat des images satellite coûte cher. Ce qui souligne le problème du financement de l’étude de l’ambroisie à plusieurs niveaux, selon Chantal Dechamp, de la biologie de la plante quand la météo change aux méthodes de lutte.



michel.deprost@free.fr




afeda@wanadoo.frou http://assoc.wanadoo.fr/afeda





LinkedIn
Twitter
Email

à voir

Related Posts

Mag2lyon numéro 163

NEWSLETTER

Rececevez réguliérement par mail nos dernier articles publiés

Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo

Derniers articles publiés

Enquêtes

Reportage Vin 31

Dossiers

Territoires

Environnement

Energie

Mobilité

Médiathèque

économie

économie durable

bioéconomie

économie circulaire

Construction et aménagement

Recherche

Connection

Connexion à votre compte

Récupération de votre mot de passe

Merci de saisir votre identifant ou votre adresse email