Environnement

Antarctique : la fonte du glacier du Pin ferait monter le niveau des mers d’un centimètre

Depuis une vingtaine d’années, l’Antarctique de l’Ouest contribue de manière significative à l’élévation du niveau des mers. La partie orientale du continent austral reste pour l’instant à l’équilibre, la quantité de glace perdue étant compensée par l’apport de neige à l’amont  des glaciers.

Le glacier de l’île du Pin, dans la partie ouest de l’Antarctique, est le plus important contributeur à cette élévation. Il représente près de 25 % de la contribution de l’Antarctique de l’Ouest. Il a reculé d’une dizaine de kilomètres depuis les années 2000 et tend à s’amincir de plus en plus.

L’importance de ce glacier justifie les travaux d’une équipe internationale portée par le LGGE (CNRS / UJF). les chercheurs ont voulu savoir si son retrait était ponctuel, régulier, et peut-être définitif. Ils ont utilisé trois modèles de dernière génération d’écoulement de la glace au sein des calottes polaires pour estime l’évolution du glacier.

Les trois modèles ont montré que le glacier est vraisemblablement engagé dans une instabilité et devrait poursuivre son retrait sur au moins une quarantaine de kilomètres au cours des cinquante prochaines années.

La perte de masse associée à ce recul irréversible devrait  passer de la valeur moyenne de 20 gigatonnes par an observée pendant la période 1992-2011, jusqu’à 120 gigatonnes par an au cours des cinquante années modélisées.

La contribution annuelle à l’élévation du niveau des mers pourrait tripler, voire quintupler dans un proche futur. Cette perte participerait à une augmentation du niveau des mers comprise entre 3,5 et 10 mm pour ce seul glacier dans les vingt prochaines années.

Référence de l’article

Retreat of Pine Island Glacier controlled by marine ice-sheet instability. L. Favier, G. Durand, S. L. Cornford, G.H. Gudmundsson, O. Gagliardini, F. Gillet-Chaulet, T. Zwinger, A. J. Payne and A. M. Le Brocq. Nature Climate change. 12 janvier 2014.

1 Le LGGE, Laboratoire de glaciologie et de géophysique de l’environnement, est un laboratoire CNRS / UJF de l’Observatoire des sciences de l’Univers de Grenoble – OSUG

Retrait du glacier de l’île du Pin tel que simulé par le modèle Elmer/Ice (http://elmerice.elmerfem.org) développé et utilisé au LGGE.  La ligne bleue correspond à la ligne d’échouage telle que simulée par le modèle, elle est représentative de la fin des années 1990. La ligne rouge correspond à la position modélisée en 2025. La ligne d’échouage bleue marque la limite entre la partie du glacier reposant sur le continent et son extension avale qui flotte sur l’océan et contribue alors à l’élévation du niveau des mers.

© Image Modis, National Snow and Ice Data Center, Université du Colorado, Boulder, US

VOIR AUSSI