Gaz naturel et biogaz

Auvergne-Rhône-Alpes : la consommation de gaz a augmenté de 8% en 2021

La consommation de gaz, d’origine fossile  ou renouvelable,  a augmenté de 8% en Auvergne-Rhône-Alpes en 2021, en raison d’une année froide. Cette augmentation est supérieure au développement de la production de gaz d’origine renouvelable.

La consommation de gaz  ( gaz d’origine fossile + gaz d’origine renouvelable)  en Auvergne-Rhône-Alpes a atteint 51 TWh en 2021 soit une progression de +8% par rapport à 2020. L’explication est claire, la cause de cette augmentation de la consommation a une origine météorologique. En 2021, la température moyenne annuelle a été inférieure de 1,4°C à celle de 2020, année la plus chaude jamais enregistrée en France pendant laquelle la consommation avait pu être maitrisée. L’impact du facteur météo est significatif sur la consommation brute  des distributions publiques. La consommation brute est en augmentation de 12,5% en 2021 par rapport à 2020 dans la région (12% nationalement).

Moins de gaz pour produire de l’électricité

La demande en gaz du secteur industriel a aussi augmenté de 8%, retrouvant son niveau de 2019. A l’échelon national, les centrales de production d’électricité à partir de gaz ont vu leur consommation  diminuer de 10% en 2021, malgré une contribution en hausse durant les périodes hivernales pour soutenir  le système électrique. En Auvergne-Rhône-Alpes la centrale de Bayet dans l’Allier a vu sa production de gaz diminuer  de 33%.

Pour les gaz renouvelables , en Auvergne-Rhône-Alpes, le nombre de sites de production de bio-méthane a quasiment
doublé en 2021. La méthanisation a progressé avec, fin 2021, 28 sites injectant sur les réseaux gaziers contre  15 sites d’injection en 2020) pour une capacité totale de production de 266 GWh/an, soit une hausse de 82% par rapport à
2020. Cette production représente l’équivalent de la consommation de 23 000 logements. Mais cette capacité ne représente qu’environ 0,5% de la consommation régionale de 51 000 GWh.

Un développement qui s’accélère

La méthanisation confirme la dynamique de son déploiement dans tout le pays, avec 365 sites injectant du bio-méthane dans les réseaux gaziers français à fin 2021 (+151 sites par rapport à fin 2020). Les injections  de bio-méthane ont doublé en 2021 (4,3 TWh vs 2,2). Au bilan c’est 6,4 TWh/an de capacités qui sont installées fin 2021, soit l’équivalent d’environ 560 000 logements chauffés au gaz, et à terme une production  envisageable sur le territoire national de 320 TWh (hors hydrogène) en 2050.

L’hydrogène bas-carbone rejoint le concert des gaz renouvelables, et en Auvergne-Rhône-Alpes, son développement est poussé par une filière régionale dynamique, l’offre et la demande s’organisant autour des  bassins industriels régionaux.

Dans la région, GRTgaz emploie 393 salariés et 27 alternants, et exploite 3925 kilomètres de réseau. En  2021, l’entreprise a investi 27 millions d’euros en Auvergne-Rhône-Alpes pour assurer la sécurité  d’approvisionnement, entretenir et moderniser ses installations et accélérer son soutien à la transition  énergétique. GRTgaz est le 2ème transporteur européen de gaz, fort de 32 500 kms de canalisations et 640 TWh de gaz  transporté. L’entreprise compte 3000 salariés et a réalisé près de 2,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires en  2021

 

VOIR AUSSI