Avec sa molécule biocide Amoeba s’attaque au mildiou de la vigne

AMOEBA producteur d’un agent biocide biologique annonce  les premiers résultats d’essais en serre effectués sur le mildiou de la vigne.

Les maladies fongiques sont un des principaux problèmes de l’agriculture, de l’arboriculture et de la viticulture. Plusieurs champignons l’oidium et le mildiou provoquent chaque année des dégâts importants  sur les vignes.  Actuellement les solutions les plus utilisées sont des solutions à base de cuivre. Mais cette solution ” naturelle”, et surtout traditionnelle, utilisée en agriculture biologique comme en viticulture conventionnelle pose des problèmes. Aussi les alternatives sont -elles recherchées activement.

Amoeba annonce que la bactérie Willaertia magna C2c Maky peut être utilisée en tant qu’agent de biocontrôle pour la prévention du mildiou sur la vigne. Les résultats des premiers tests in planta (sous serre) ont montré selon la société un effet-dose très marqué de Willaertia magna C2c Maky dans un produit formulé.

L’efficacité de plus de 90% du produit formulé sur le mildiou est à mettre en parallèle avec l’efficacité des agents de bio contrôle d’environ 50% en serre.  De nouveaux tests sont prévus sur 2018 afin de préparer les essais au champ prévus en  2019.Ces premiers résultats in planta, qui confirment les résultats in vitro, marquent, selon Amoeba, ” un jalon fondamental pour valider l’utilisation potentielle de Willaertia magna C2c Maky comme une alternative aux traitements conventionnels. ” Les tests en serre ont été réalisés par CONIDIA, expert dans le domaine des moisissures et de leur résistance aux fongicides.

L’étape qui vient d’être franchie  dot permettre à Amoeba d’initier le dossier réglementaire et d’accélérer les discussions avec des acteurs du marché pour un potentiel partenariat.« Nous considérons les résultats de ces premiers essais en serre comme très prometteurs compte-tenu de l’efficacité habituellement atteinte avec certains produits de biocontrôle d’environ 50%. » déclare Sébastien VACHER, « Ces résultats reposent sur des conditions d’essais robustes, en ligne avec les bonnes pratiques d’expérimentation des produits de protection des plantes » a ajouté le Global Manager de CONIDIA.
« Comme indiqué par l’Institut Français de la Vigne et du Vin, le produit de biocontrôle qui se révèle le plus efficace n’apporte que 20 à 30% d’efficacité en champs. Notre niveau d’efficacité de 90% en serre nous permettrait, après validation en champs, de proposer une réelle alternative répondant aux besoins essentiels du marché. Cette étape est considérée comme un point d’inflexion majeur par les acteurs mondiaux pour se positionner en co-développement ou partenariat avec Amoéba. Devant ce succès sans précédent, nous ciblons d’autres germes affectant différentes cultures (tomate, pomme de terre, betterave,…) afin d’élargir notre gamme », déclare Fabrice PLASSON, Président Directeur Général d’Amoeba.

VOIR AUSSI