Science

La dérive de la banquise arctique s’accélère depuis trente ans

La goélette Tara, prise volontairement dans les glaces de l’Arctique a dérivé il y a quelques années avec la banquise deux fois plus vite que le Fram, le bateau de l’explorateur norvégien Nansen, 115 ans plus tôt. Inspirés par ce rapprochement, des chercheurs du Laboratoire de glaciologie et géophysique de l’environnement de Grenoble (CNRS/Université Joseph Fourier) et du Laboratoire de géophysique interne et tectonophysique de Chambéry (CNRS/Université Joseph Fourier/Université de Savoie) ont analysé les trajectoires de plus de 600 bouées enchâssées dans la banquise depuis une trentaine d’années.


Ils ont mesuré une augmentation de la vitesse moyenne de dérive des glaces de 10% par décennie. En étudiant les trajectoires relatives entre les bouées, ils ont calculé la vitesse de déformation de la banquise. Cette vitesse augmente de plus de 50% par décennie, en été comme en hiver. L’augmentation combinée de la dérive des glaces et de la vitesse de déformation de la banquise pourrait refléter l’amincissement progressif de la banquise qui favorisant les deux phénomènes.


Fracturation

Un lien étroit entre la fracturation de la banquise et sa déformation avait déjà été démontré par une équipe du LGGE. Des vitesses de déformation plus élevées se traduisent alors par l’ouverture de plus en plus fréquente de fractures et de failles. Ces ouvertures favorisent la pénétration des rayons solaires dans l’océan et son réchauffement estival. D’autre part, une banquise plus fracturée et plus mobile s’évacue plus rapidement vers l’océan Atlantique. Ces deux effets liés aux propriétés mécaniques de la banquise contribuent vraisemblablement au déclin général de la banquise Arctique.

L’année 2007, qui avait vu une chute brutale et inattendue de l’étendue de la banquise en été, pourrait bien constituer un exemple frappant de l’enchaînement de ces mécanismes. Les vitesses de déformation particulièrement exceptionnelles au cours de l’hiver 2006/2007, pourraient avoir contribué à la spectaculaire débâcle estivale qui suivit.


Ce travail a été en partie soutenu par le programme européen DAMOCLES coordonné par le Laboratoire d’océanographie et du climat : expérimentations et approches numériques (Université Pierre et Marie Curie/CNRS/IRD/MNHN) http://www.damocles-eu.org


VOIR AUSSI