Bioéconomie

Bayer Cropscience mise sur la “deuxième révolution verte”

Lors de la présentation à Monheim, des résulats et des perspectives de Bayer CropScience, dont le siège français est à Lyon, Friedrich Berschauer, président sortant du groupe, a lancé un nouvel appel en faveur d’une deuxième révolution verte : « Il doit y avoir interaction et coordination entre la recherche agronomique, les innovations technologiques, mais aussi entre les aspects liés aux infrastructures, au marché et à l’économie, sans oublier les facteurs sociétaux et politiques. C’est le seul moyen de garantir un approvisionnement mondial suffisant en denrées alimentaires abordables et de qualité et en autres produits agricoles. »

Bayer CropScience travaille sur une nouvelle génération de matières actives “respectueuses de l’environnement” destinées à protéger les récoltes et augmenter les rendements. Les produits à base de six nouvelles substances dont la mise sur le marché est prévue entre 2010 et 2012 devraient générer, jusqu’à un milliard d’euros de chiffre d’affaire annuel.

Fongicides
Parmi les nouvelles matières actives, Bayer CropScience annonce trois fongicides (destinés à lutter contre les champignons) reposant sur un mécanisme inhibiteur de la chaîne respiratoire fongique : l’Aviator® Xpro™ (bixafen), le Luna® (fluopyram) et l’Emesto™ / Emerion™ (penflufen). Ces produits destinés au traitement de semences devraient être commercialisés en 2012. Bayer CropScience a aussi mis au point le fongicide Routine® (isotianil) destiné à la lutte contre la pyriculariose, la
maladie du riz la plus dévastatrice d’un point de vue économique au niveau mondial.

Bayer CropScience estime que l’activité dans le domaine des semences et des traits agronomiques recèle un “fort potentiel de croissance”. Le groupe prévoit de lancer environ 18 nouveaux produits d’ici 2016. Il commercialisera en 2011 aux États-Unis une semence de coton issue de sa recherche et résistant à l’herbicide glyphosate (vendu par Monsanto, concurrent de Bayer)
Bayer CropScience a aussi intégré la canne à sucre dans son portefeuille. L’entreprise travaille avec le CTC (Centro de Tecnologia Canavieira), l’un des plus grands spécialistes mondiaux de la sélection de la canne à sucre, sur des variétés à teneur accrue en sucre destinées à la production d’éthanol. Bayer Cropscience a signé une convention avec l’OCRI, l’Institut chinois de recherche sur le colza portant sur la mise au point de nouvelles variétés de colza.

michel.deprost@enviscope.com

VOIR AUSSI