Bioéconomie : Grenoble INP introduit la bioraffinerie et les biomatériaux dans son cursus SGM

Grenoble INP-Pagora proposera à la rentrée 2018 un parcours Bioraffinerie et Biomatériaux dans le cadre du Master Science et Génie des Matériaux, en partenariat avec Grenoble INP-Phelma.

Ouverte dès la rentrée 2018, cette formation s’adresse aux étudiants désireux de s’orienter vers les métiers de valorisation de la biomasse végétale en produits chimiques, énergie et biomatériaux. Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 15 juin.

De nouvelles compétences requises

La bioénergie, les biocarburants, les bioproduits et les biopolymères sont aujourd’hui des réalités. Cependant, la croissance de leur production doit être considérablement accélérée pour être à la hauteur des enjeux. Ce développement fait appel à de nouvelles compétences.

La bioraffinerie est l’opération qui permet de passer de la ressource végétale à la production d’énergie et de produits chimiques. La chimie qui y est associée est différente de la pétrochimie en raison de la structure plus complexe des constituants des végétaux, qui est construite avec trois atomes essentiels (C, H, O). Ces architectures organiques complexes peuvent constituer un atout pour la production de produits et matériaux aux propriétés nouvelles. L’industrie de la cellulose fait l’objet d’une attention particulière car elle présente aujourd’hui le plus fort potentiel de production de masse de bioproduits immédiatement disponibles pour une valorisation.

Parcours pluridisciplinaire

Le parcours Bioraffinerie et Biomatériaux recouvre l’ensemble de la filière allant de l’approvisionnement en biomasse lignocellulosique jusqu’à la production de produits chimiques, biocarburants, synthons et biopolymères, en remplacement des produits d’origine fossile. Les connaissances portent également sur les transformations thermiques de la biomasse et la synthèse de nouveaux polymères et composites pour la conception de biomatériaux aux propriétés spécifiques : nouvelles fonctions, biodégradabilité, contact alimentaire…

L’accent est mis sur la connaissance des constituants de la biomasse lignocellulosique (lignine, hémicelluloses, celluloses, produits extractibles) et de leur chimie ainsi que des procédés chimiques, physico-chimiques et biotechnologiques permettant de les séparer, purifier ou modifier en vue de leur valorisation (bioraffinerie).

Ce parcours multidisciplinaire comporte des enseignements de chimie, biologie, catalyse enzymatique, fermentation, génie des procédés, génie chimique et biotechnologique, polymérisation et résistance des matériaux. Il intègre également des notions d’économie de filière et  d’impact environnemental.

Les compétences ainsi acquises, appliquées à la valorisation de la biomasse végétale, sont appréciées dans de nombreux secteurs industriels tels que ceux du textile, de la cosmétique, l’énergie, l’agroalimentaire ou la pharmacie.

 

 

VOIR AUSSI