Environnement

La sécurité s’améliore dans les centres de radiothérapie de Rhône-Alpes et d’Auvergne


Ces dernières années, l’Autorité de Sûreté Nucléaire ( ASN) avait souligné après plusieurs accidents, dont certains mortels, l’urgence d’une amélioration du fonctionnement des centres de radiothérapie. Les centres manquent parfois de personnels et les procédures qualité ne sont pas toujours respectées.


En 2008, l’ASN a comme en 2007 inspecté les 23 centres de radiothérapie des régions Rhône-Alpes et Auvergne. La division de Lyon de l’ASN a réalisé en avril et en mai 2008 avec l’Agence Régionale d’Hospitalisation une nouvelle inspection des centres qui semblaient cumuler en 2007 des insuffisances en matière de ressources humaines et d’organisation.


L’inspection a montré que les actions correctives nécessaires avaient été mises en oeuvre avant l’été 2008. Les activités de certains centres ont été suspendues. Les centres hospitaliers du Puy et de Montélimar ont interrompu leurs activités de radiothérapie durant les périodes d’absence de radiophysicien. L’’activité du centre d’Aurillac a été limitée pendant quelques mois pour permettre la présence d’un radiophysicien durant les traitements. Le 28 février dernier l’Autorité a suspendu l’autorisation du service de radiothérapie de Roanne dépourvu de radiophysicien.


Les centres concernés ont annoncé l’embauche de radiophysiciens ou de manipulateurs, démarrage de programmes d’assurance de la qualité. En 2009, l’ASN réitère sa campagne d’inspection des centres de radiothérapie.

VOIR AUSSI