Environnement

Ouverture : les chasseurs du Rhône protègent aussi les milieux naturels

La sécurité reste un souci majeur pour les responsables de la fédération, pour le président, Jean-Paul Besson, comme pour le directeur, Charles Jullian. Certaines formations proposées en 2009 aux associations, ont été rapidement complètes notamment celles portant sur la sécurité. Mais il est à craindre, selon Charles Jullian, qu’on arrive peut être à un taux incompressible d’accidents. Charles Jullian rappelle que l’essentiel des accidents a lieu entre chasseurs, et même au moment de la manipulation des armes, la routine, l’inattention pouvant expliquer les accidents.


La Fédération rappelle aussi des actions en direction d’autres catégories de personnes fréquentant les milieux naturels, car des accidents touchent aussi chaque année des randonneurs, ramasseurs de champignons. L’instauration d’une journée sans chasse n’est pas envisagée par la fédération, qui insiste sur l’information du public.


200 sangliers, objectifs dans le Grand Lyon


De gros efforts de communication, grâce au partenariat avec le Conseil Général, ont été réalisés en direction des autres utilisateurs de la nature (dépliants Chasse en Randonnée, panneau délimitant les zones de chasse au grand gibier). Ces efforts sont justifiés dans le Rhône, où la fréquentation des milieux naturels est très forte. C’est le cas par exemlpe dans les environs de Lyon, dans le Mont d’Or. Le développement des populations de grand gibier en zone périurbaine est la cause d’une multiplication des collisions animaux-automobiles. Les chasseurs estiment qu’ils ont un rôle utile en réduisant les risques de collision. Dans le Grand Lyon, les objectifs de chasse sont cette année de près de 200 sangliers et plus de 100 chevreuils.


La Fédération des chasseurs a aussi mis en place une action pour assurer l’encadrement des chasses au grand gibier (chasse en battue, tir à balle). Au cours de ces trois derniers mois, plus de 100 responsables d’association de chasse ont participé à des journées de formation organisées par la FDCR aidée de plusieurs associations de chasse spécialisées dont l’Association Rhodanienne des Chasseurs de Grand Gibier.


Gestion des milieux naturels


La Fédération rappelle aussi son action en faveur des milieux naturels. « La gestion durable du patrimoine faunique et de ses habitats est d’intérêt général. La pratique de la chasse, activité à caractère environnemental, culturel et économique, participe à cette gestion » fait partie des rôles dévolus à la chasse par la loi du 26 juillet 2000. La Fédération des Chasseurs agit pour la préservation des espaces naturels et agricoles. Car chaque année dans le Rhône, près de 1.000 hectares sont définitivement perdus pour la nature, pour la faune (et donc le gibier) sous le coup de l’urbanisation et des aménagements routiers. Ces espaces sont aussi perdus pour l’agriculture. La Fédération s’investit aux côtés des agriculteurs pour améliorer les pratiques agricoles (replantation de haies, jachère faune sauvage) mais aussi aux côtés des collectivités et de l’Etat qui souhaitent de plus en plus contribuer à la sauvegarde la biodiversité. La Fédération a signé la charte initiée par le Préfet du Rhône pour la plantation de 40 km de haies dans le Rhône.


110 hectares d’espaces sensibles


Par ailleurs, après avoir acheté des espaces naturels remarquables dans le Rhône dont une des rares tourbières du département, grâce à la Fondation pour la Protection des Habitats de la Faune Sauvage (créée par les chasseurs et reconnue d’utilité publique en 1983), les chasseurs protègent plus de 110 ha protégés par cette fondation qui possèdent plus de 6.000 ha au niveau national.


Les services de la Fédération se sont investis dans le suivi des mesures compensatoires de l’autoroute A89 (portion Violay-La Tour de Salvagny) avec la société ASF, le projet de mise en place des PENAP et de la Réglementation des boisements, avec le Conseil Général du Rhône et les services de l’Etat notamment la DDAF pour la gestion des terres agricoles. Mais Charles Jullian déplore la perte énorme représentée par les coupures dans des forêts qui est vécu comme un drame par de nombreux chasseurs. La Fédération Départementale des Chasseurs du Rhône compte également beaucoup s’investir dans le projet de trame verte issu des travaux du Grenelle de l’Environnement. Près de 300 collisions par an avec le grand gibier sont dénombrées chaque années. Les chasseurs ont une bonne connaissance des coulées vertes et corridors biologiques qu’il faut préserver pour assurer la sécurité des usagers de la route et la préservation des espèces.


michel.deprost@enviscope.com


Pour en savoir plus: www.fdc69.com

VOIR AUSSI