David Kimelfeld : les Métropoles doivent répondre aux inégalités

Le président de la Métropole de Lyon, David Kimelfeld est bien conscient des enjeux auxquels les métropoles sont confrontées , dans leurs limites propres, mais aussi vis à vis des territoires extérieurs.
David Kimelfeld, président de la Métropole de Lyon, ne brandit pas le drapeau métropolitain comme une bannière derrière laquelle il faudrait se ranger aveuglément. Les Métropole sont des lieux essentiels, souhaitables ,qui génèrent beaucoup d’avantages. Ce sont aussi des territoires qui peuvent aussi poser des problèmes : inégalités sociales, inégalités environnementales, etc.
David Kimelfeld l’a rappelé à l’occasion de la rencontre sur les Smarts Cities, organisée le 17 mai par le quotidien le Monde. Face aux enjeux, le président de la Métropole de Lyon affiche donc sa volonté, partagée,  de faire émerger dans la Métropole elle-même des solutions aux défis métropolitains. On sait que c’est le cas en matière d’énergie, de précarité énergétique,  en matière d’économie circulaire. La Métropole soutient, stimule, les projets locaux, concrets, qui apportent des solutions techniques tout en créant du lien et de l’activité.

Liens avec les territoires

David Kimelfeld, ne met pas en avant comme un dogme la théorie du ruissellement selon laquelle plus une ville-centre est riche, plus des parcelles de cette richesse ruissellent sur les versants du “château de sable”, pour irriguer des territoires périphériques.
Certes, rappelle David Kimelfeld, des entreprises s’installent en dehors de la Métropole mais près d’elle pour bénéficier des services, des aménités qu’offre la grande ville. Certes, la Métropole participe concrètement par la péréquation fiscale, à la redistribution d’une partie de sa richesse au profit de territoires moins prospère. Mais, avoue sincèrement David Kimelfeld, les modalités des relations entre les Métropoles et les territoires extérieurs ont encore à être repensées pour être améliorées afin d’obtenir davantage de justice et d’équité entre citoyens.

 

VOIR AUSSI