Énergie

De l’énergie photovoltaïque pour rentabiliser des sols pollués au PCB

La société héraultaise Luxel va investir 15 millions d’euros pour créer une centrale de production d’électricité photovoltaïque sur des sols pollués au PCB et rendus impropres à l’agriculture à Saint-Cyprien dans la Loire. Ces terrains ont été pollués lors de l’incendie en Aout 2008 d’un énorme stock de bois à recycler appartenant à la société Vitale Recyclage , elle même installée sur le site d’une ancienne entreprise spécialisée dans le recyclage de transformateurs au pyralène. L’incendie de plusieurs dizaine de milliers de m3 de bois brûlant pendant plusieurs semaines avait projeté dans l’atmosphère du PCB qui avait pollué à des degrés divers de nombreuses communes de la plaine du Forez. A la suite de cette catastrophe, plus de 2000 bovins contaminés en se nourrissant d’herbe polluée par les fumées avaient dû être abattus sur ordre des autorités sanitaires, la consommation de certains produits (légumes, gibier) a été interdite, et les terrains les plus proches du sinistre ont été déclarés impropre à toute utilisation agricole, sans doute pour des dizaines d’années.

5 ha de panneaux photovoltaïques

C’est précisément sur ces terrains que la société Luxel projette d’installer une ferme photovoltaïque. Sur 12,5 ha de terrain clôturés, elle prévoit d’implanter environ 5 ha de panneaux solaires photovoltaïques, soit environ 6,5 MWc (mégawatt/crête) installés. La production annuelle de cette centrale devrait être de 8200 MWh (mégawatt/heure) soit l’équivalent de la consommation (hors chauffage ) d’environ 3500 foyers, c’est à dire environ 14% de la consommation actuelle de la communauté de communes de Loire Forez, dont fait partie Saint-Cyprien.

Luxel ne s’implantera toutefois pas sur les parcelles les plus polluées , celles où était installée la société Vitale Recyclage (1), mais tout autour, sur des parcelles situées en périphérie, trop pollués pour l’agriculture, mais pas assez pollués pour recevoir une dépollution lourde et très couteuse s’agissant de PCB. Il s’agit de terrains privés, appartenant à une demi douzaine de propriétaires, à qui le producteur d’énergie va les louer pour vingt ans , durée actuelle des contrats de rachat d’électricité par EDF. Cette centrale photovoltaïque qui sera une première en Rhône-Alpes, pourra fonctionner sans personnel sur site.

Luxel est une PME indépendante, créée en octobre 2008, mais dont les quatre dirigeants cumulent une longue et solide expérience industrielle dans le domaine des énergies renouvelables. L’entreprise a déjà monté des projets photovoltaïques sur des sites sensibles, comme des carrières ou des décharges, mais c’est la première fois qu’elle interviendra sur des terrains objet d’une pollution chimique.

Sans terrassement ni travaux lourds

Les panneaux seront des structures basses et légères fixés sur de simples pieux battus ©photo: Luxel

Selon jean-Baptiste Boinet, directeur du service études et développement de Luxel , la technologie utilisée, des panneaux à structure basse et légère fixés grâce à des pieux battus, ne nécessite aucun terrassement qui risquerait de remettre le PCB contenu dans le sol en suspension dans l’air. Ces panneaux peuvent ainsi s’adapter aux variations de topographie du terrain, sans décaissement du sol. Le seul élément lourd de l’installation, le bâtiment des locaux techniques, sera préfabriqué et amené d’un bloc pour éviter un chantier sur site. L’entreprise, qui dit avoir reçu un accueil très favorable de la mairie de Saint-Cyprien et de la préfecture de la Loire, a déposé un permis de construire fin 2010 qui pourrait aboutir, après instruction et enquête publique, entre septembre et décembre 2011. Après encore quelques mois de travaux préparatoires et 6 ou 7 mois de mise en oeuvre, la nouvelle centrale devrait produire ses premiers kWh fin 2012 début 2013.

Reste une inconnue : le tarif de rachat de l’électricité par EDF , qui conditionne toute la rentabilité économique de l’opération. Actuellement pour les producteurs professionnels d’électricité photovoltaïque , un moratoire a été décrété par les pouvoirs public et il n’y a plus de tarif bonifié de rachat, ce qui a gelé tous les projets. Et on ne devrait connaître qu’à l’été prochain les nouvelles conditions de rachat par EDF. Mais Jean-Baptiste Boinet se veut optimiste: le projet de Saint-Cyprien présente un intérêt environnemental évident pour ces terrains devenu impropres à toute autre activité. De plus le site est situé en zone périurbaine et près de zones industrielles , ce qui lui garantit un débouché local pour sa production. La valorisation énergétique de ces terrains ne devrait donc pas échapper aux pouvoirs publics , d’autant que la création de cette centrale évitera aussi le rejet annuel de 6528 tonnes de CO2 dans l’atmosphère.

H.C. / henricolomb@yahoo.fr

(1) Ces deux parcelles vont faire l’objet d’une dépollution lourde par traitement thermique de la terre polluée sous le contrôle de l’Ademe. Et une surveillance de la pollution de l’ensemble du site continuera d’être assurée après la mise en place de la centrale solaire.

VOIR AUSSI