Actualités

Biennale de l’écoconstruction en Nord-Isère : acte II

On l’avait vu dans l’édition professionnelle, qui avait réuni 300 professionnels du bâtiment à la CCI du Nord-Isère en novembre dernier, les matériaux, les techniques et leur mis en œuvre constituent le socle. L’usage, les comportements des utilisateurs des locaux représentent, on le constate dans les retours d’expérience, une part conséquente des économies d’énergie réalisables à travers les nouveaux bâtiments BBC ou HQE.

C’est encore difficile à chiffrer, mais la façon dont les habitants se comportent à l’intérieur d’une maison pèse de façon déterminante sur la facture énergétique. Lors de la restitution de l’étude réalisée par le sociologue Gaëtan Brisepierre, dans le cadre du réseau Leroy Merlin Source sur trois bâtiments rhônalpins, l’architecte Thierry Roche évoque un « effet rebond ». L’occupant sécurisé par la performance des matériaux, l’isolation du logement, la gestion intelligente de l’énergie deviendrait moins attentif, laisserait les fenêtres ouvertes, pousserait le chauffage… Il existe donc un écart entre le calcul préalable de la performance énergétique et la performance mesurée in vivo.

L’écoconstruction, comment ça marche ?

Pour le grand public ces nouvelles techniques, commencent à devenir une réalité. Si dorénavant la RT2012 s’applique à toutes les constructions nouvelles, pour les logements anciens il existe des procédés de rénovation limitant les déperditions caloriques, des nouveaux matériels, chauffe-eau thermodynamiques, pompes à chaleur et systèmes de gestion de l’énergie. C’est également beaucoup une affaire de comportements.

C’est ce que démontrera le journaliste scientifique Michel Chevalet, qui sera un des animateurs des journées grand public et dont la « Maison pour agir » a été installée aux Grands Ateliers de Villefontaine, sur le site de la Biennale. Cette maison à énergie positive est un concentré pédagogique de tout ce qui se fait de mieux en matière d’équipements. Elle illustrera aussi que c’est l’usage qui fait la différence. Entre les 10 litres d’eau/jour par habitant, consommés en Afrique, et les 300 litres du Canadien, tout un monde !

Ateliers, conférences, stands de démonstration seront là pour accueillir et informer le public (voir ci-dessous, le programme complet)

L’écoconstruction marque de fabrique du Nord-Isère

Attirer le grand public, participer à cette évolution culturelle, faire du Nord-Isère un territoire exemplaire sur le plan de l’écoconstruction, sont les objectifs poursuivis par la Communauté d’agglomération Porte de l’Isère et les Vallons de la Tour, organisatrices de l’événement, explique Alain Cottalorda président de la Capi. S’il est satisfait de l’édition professionnelle de la Biennale, en particulier des quelque 400 entretiens conduits à travers la convention d’affaires et la bourse des opportunités, il veut poursuivre cette réussite à travers les deux journées grand public des 25 et 26 janvier prochain.

antoine.reboul@enviscope.com

Pour en savoir plus

www.biennale-ecoconstruction.fr

VOIR AUSSI