Actualités

Un pacte de 120 M€ pour Inspira, espace industriel responsable et multimodal

Avec la signature d’un très important pacte financier, les 330 hectares de ce territoire de la moyenne vallée du Rhône entre Vienne et Valence, sont maintenant dotés du nerf de la guerre, avec pour projet d’en faire une zone de développement économique et écologique.

Industriel, responsable et multimodal, avec ces trois mots les promoteurs de la zone industrialo-portuaire de Salaise-Sablons, désormais appelée Inspira, ont voulu caractériser un projet porteur d’emplois bien entendu – il est question de 3 000 emplois en 20 ans– mais surtout pas n’importe comment.

Beaucoup d’excès d’une industrie lourde et polluante ont été vécus par les riverains de cette partie de la vallée du Rhône au sud de Vienne. Depuis une dizaine d’années les élus et responsables du territoire ont voulu changer cet état de fait. Ils travaillent à un redéploiement économique de ce secteur, qui utilise ses atouts : un port où transitent chaque année près de 900 000 tonnes de fret par le fleuve et 600 000 par le rail, une plateforme chimique celle des Roches-Roussillon parmi les plus modernes de France, un capital humain et un savoir-faire industriel.

Un développement industriel sur les bases du développement durable, qui s’appuie sur les principes de l’écologie industrielle (mutualisation des moyens, réutilisation des déchets,…) et du report modal (privilégier le fleuve et le rail, moins polluants que la route, pour l’approvisionnement et les expéditions de la zone).

Le projet est formidable, encore fallait-il que son financement soit à la hauteur des ambitions des trois porteurs de l’opération. C’est désormais chose faite, puisque ce jeudi 2 juillet, la Région Rhône-Alpes, le Département de l’Isère et la Communauté de communes du Pays Roussillonnais ont signé un pacte financier de 120 M€ pour soutenir, et accompagner les entreprises d’Inspira – Espace Industriel Responsable et Multimodal.

Réunies dans un syndicat mixte, dont Francis Charvet vient de prendre la présidence après le travail considérable de Daniel Rigaud son prédécesseur, les trois collectivités ambitionnent maintenant de développer la zone. Ce pacte permet notamment de financer le Traité de concession confié à Isère Aménagement en 2014 (investissements dans les aménagements des terrains), ainsi que le fonctionnement du site avec la maintenance des réseaux, des espaces verts et l’équipe de développement économique.

Les ambitions et les contraintes du développement durable

Même si les différents partenaires sont très engagés, comme le nouveau président du Département, Jean-Pierre Barbier, qui déclare « soutenir un projet ambitieux et réaliste », les enjeux sont de taille.

Pour Gérard Leras, conseiller régional en charge du GPRA Rhône Médian, le projet ne devra pas faire concurrence aux secteurs voisins. Il rappelle la fermeture par RFF en mars dernier de la ligne Beaurepaire-Saint-Rambert d’Albon, jusqu’alors très utilisée par les céréaliers de la coopérative La Dauphinoise, posant le problème de la réorganisation du schéma de transport sur le secteur.

Les transports sont aussi évoqués par la représentante de l’Etat, qui projette la poursuite d’études pour dimensionner les voies au développement du territoire.

Egalement de la responsabilité de l’Etat, il faut évoquer le durcissement de la réglementation en matière d’inondations, à la suite des nombreuses catastrophes vécues ces dernières années au plan national. Sur le secteur, c’est la Sanne, petit affluent du Rhône à Sablons qui est concernée.

Et comme l’on parle de développement durable, nul doute que ces questions seront totalement intégrées au projet de développement d’Inspira. Elles ne seront peut-être pas si simple à régler, comme l’indique le président Charvet, qui dit vouloir veiller « en commun avec les parlementaires à stabiliser l’environnement réglementaire, qui conduit à ce jour à allonger dramatiquement nos délais de mise œuvre des travaux et risque de pénaliser fortement les collectivités et les investissements industriels ».

 

antoine.reboul@enviscope.com

VOIR AUSSI