Environnement

Travail :le risque psycho social à la première place dans les consultations

La situation dramatique évoquée depuis plusieurs mois pour le groupe France télécom a mis en évidence l’importance des situations de détresse psychologique exprimées par des salariés dans le cadre professionnel. En deux années, plus de vingt salariés du groupe de télécommunication se sont suicidés.



Ces évènements ne sont pas isolés et appartiennent à des réalités sociales plus larges. En effet pour la première fois, les consultations pour risque psycho-social arrivent à la première place des consultations pour pathologies professionnelles en France. Les consultations pour risque psycho social représentent 27% des causes de consultation. Selon l’AFSSET, ce résultat confirme une tendance lourde de montée continuelle de ces préoccupations. Les médecins


référents des Centres de consultation des pathologies professionnelles trouvent une très


forte imputabilité au travail de ces pathologies. Cette imputabilité au travail est établie dans, 80 % des cas.


Dépression et anxiété



Ces pathologies comprennent la dépression et l’anxiété. Le secteur des services est le plus


concerné par ces troubles vus dans le cadre de ces consultations, alors que les secteurs


industriels le sont peu. Parmi les patients venus consulter pour une psychopathologie en lien avec le travail, les secteurs de la finance, de l’immobilier, du commerce, des transports, des communications, de l’éducation et de la santé sont les plus représentés. Les femmes consultent plus que les hommes pour ces troubles (72% de patientes versus 28% de patients).



Ces constats sont rendus possibles par l’agrégation des données réalisée depuis 2001 par les 32 centres de consultation de pathologie professionnelle de France. Ces centres ont constitué le Réseau national de vigilance et de prévention des pathologies professionnelles (RNV3P), placé sous la coordination de l’Afsset. Plus de 100.000 consultations sont


enregistrées dans cette base complétée chaque année par 15.000 nouvelles consultations chaque année. Le réseau est financé par la CNAM-TS ( Caisse Nationale d’Assurance Maladie des Travailleurs Salariés, l’Afsset, la Mutualité sociale agricole et l’InVS ( Institut National de Veille Sanitaire)




Résistance des risques physiologiques




La montée des risques psycho-professionnels n’empêche pas la résistance des autres causes de consultation. Ces autres causes englobent les pathologies respiratoires pour 19 % des patients, les maladies de la peau dont la dermite allergique de contact pour 15%. Les maladies du système ostéo-articulaire dont les fameux troubles musculo-squelettiques représentent 13 % des troubles. Les cancers représentent 9%. Les consultations pour maladies liées à l’amiante ne diminuent pas et les cancers broncho-pulmonaires dominent largement parmi les cancers professionnels (72%), témoignant de l’importance du risque lié à l’amiante et aux autres substances chimiques cancérogènes. Pour l’AFSSET, ces résultats montrent l’urgence d’une politique toujours renforcée de prévention qui passe par la réduction de l’exposition aux substances toxiques et cancérogènes et la substitution des substances cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques.


michel.deprost@enviscope.com



Pour en savoir plus sur l’AFSSET: www.afsset.fr


VOIR AUSSI