Actualités

Des éditeurs de presse français déposent plainte contre Google

Marc Feuillé, président du syndicat de la presse quotidienne nationale (SPQN) a annoncé le dépôt d’une plainte auprès de l’Autorité de la Concurrence contre Google pour abus de position dominante. Le Syndicat de la presse indépendante d’information en ligne (SPIIL), auquel adhère Médias pour un Futur Durable, ne partage pas toutes les analyses du Syndicat de la presse nationale, mais Enviscope publie l’information concernant la plainte du Syndicat.

Au lieu de rémunérer les groupes de presse pour utiliser leurs contenus dans sa rubrique Actualités, Google a choisi d’indiquer seulement le titre de l’article, sans photo et sans extrait de texte. © Coolcaesar (CC BY-SA 3.0)

Les éditeurs reprochent à Google ne pas respecter la directive européenne sur les droits voisins, transposée en droit français. Au lieu de rémunérer les groupes de presse pour utiliser leurs contenus dans sa rubrique Actualités, Google a choisi d’indiquer seulement le titre de l’article, sans photo et sans extrait de texte. Cette restriction fait craindre aux éditeurs une baisse du trafic provenant du moteur de recherche, dont les algorithmes de recherche et de référencement s’imposent à la presse comme à tous les autres producteurs de contenus.

 « 95 % des recherches sur internet sont faites via Google. Cette décision de Google nous la subissons, elle est imposée et donc nous allons la contester, a expliqué Marc Feuillé. Nous allons également saisir l’Autorité de la concurrence » . « Nous nous indignons qu’une entreprise puisse se placer au-dessus des lois. […] Nous allons demander le soutien des pouvoirs publics » , a-t-il également annoncé. L’Alliance de la presse d’information générale, présidée par Jean-Michel Baylet, patron de la Dépêche du Midi, quotidien de Toulouse, va se joindre à l’action juridique. L’Agence France-Presse prépare également une plainte.

Reproduction non rémunérée

Faisant fi des droits d’auteur, Google a depuis un quart de siècle reproduit titres, chapeaux, et photos dans les rubriques de son moteur de recherche. La publication des informations d’actualité a été une formidable source d’audience, donc de publicité pour le moteur de recherche. Google a ainsi bouleversé le marché de la publicité.

Google n’a jamais rémunéré les éditeurs en reversant une partie de ses phénoménales recettes, et de ses résultats non moins colossaux. La société de Mountain View a ainsi constitué, de fait, une position dominante, dans le domaine de la reproduction des contenus de presse, estime le SPQN. En même temps, le groupe édifiait son hégémonie en offrant aux utilisateurs des services gratuits.

Tout le système est édifié sur la vente des données personnelles des internautes, à des entreprises de marketing qui elles-mêmes les cèdent à des annonceurs.

VOIR AUSSI