Construction et aménagement

Drôme : Deux chantiers respectueux de l’environnement vitrines du savoir-faire des TP

Ces deux aménagements, l’un le long du Rhône, l’autre dans la vallée de l’Isère traversent le département de la Drôme sur respectivement 67 et 42 km. Ils favorisent les déplacements doux tels vélos, rollers, marche à pied ou en usage partagé. « Ce nouvel ouvrage, parmi les multiples ouvrages linéaires (TGV, autoroute,…) qui traversent la commune, n’apporte rien, sauf de la qualité de vie ! » se réjouit Philippe Patouillard, le maire de Châteauneuf-sur-Isère. C’est l’intérêt de ces projets, de redonner l’accès au fleuve et permettre aux riverains et visiteurs de découvrir des espaces jusqu’alors peu accessibles. Cinq passerelles de près de 200 m chacune, enjambant le Rhône et l’Isère, vont également favoriser la circulation, comme le rappelle Jean Serret, conseiller général délégué aux Services publics et aux déplacements doux. Déjà la fréquentation importante provoque l’agrandissement des campings, l’ouverture de gîtes et le développement d’un tourisme durable.

Jean-Marc Cornut, président de la FRTP Rhône-Alpes, Stéphane Bellamy, président TP Drôme-Ardèche, Jean Serret, conseiller général de la Drôme, Philippe Patouillard, maire de Châteauneuf-sur-Isère et les élus locaux, ensemble pour la visite d’un chantier respectueux de l’environnement. [photo Enviscope]

La réalisation est, elle aussi, exemplaire. C’est ce qu’explique Stéphane Bellamy, président de la section travaux publics du BTP Drôme-Ardèche. Cela a été l’occasion de mettre en œuvre des techniques d’enrobés à faible température, moins consommateurs d’énergie et à plus faible émission, de tester un enrobé froid, utilisant un aqua-liant naturel issu de la chimie des hybrides, d’utiliser un enrobé fibré, sans rejet d’hydrocarbure, comme dans la réserve naturelle de Printegarde entre Livron et Loriol. Pour limiter les convois, le concassage sur site a été réalisé avec des matériaux locaux.

A 80% ce sont des entreprises locales, à qui sont revenus les marchés, grâce à une technique fine d’allotissement, fractionnement en lots. Au total 20 M€ d’investissement. Un budget important, quand on sait qu’il faut un chiffre d’affaires de 100 K€ pour salarier un ouvrier du TP pendant un an.

« On n’arrête pas le futur »

Pour la Fédération Rhône-Alpes des travaux publics (FRTP), cette opération fait partie de la campagne « 50 chantiers pour le futur », dont l’enjeu principal réside dans l’optimisation de la dépense publique (67% des budgets des TP en Rhône-Alpes). Sensibilisation du grand public, démonstrations de terrain, évaluation des attentes et finalement remise d’un livre blanc « Compétitivité et futur », présenté par Jean-Marc Cornut, président de la FRTP. Ce dernier fait neuf propositions, dont la création d’un fonds régional d’investissement pour financer les petits travaux d’entretien.

antoine.reboul@enviscope.com

VOIR AUSSI