Economie circulaire : Trivéo à l’assaut du continent de plastique

Avec le projet ReSeaclons, qu’elle présentait le 4 juin lors des Rencontres régionales de l’économie circulaire, la société Triveo met son innovation au service du recyclage des déchets plastiques marins.

La mer Méditerranée reçoit plus de 700 tonnes de déchets plastiques par jour, et 80 % sont d’origine terrestre. Ce phénomène de pollution plastique a de lourdes conséquences environnementales, économiques et sanitaires pour l’Homme et la biodiversité. L’ensemble des ports et des plages du littoral sont impactés.

Le projet ReSeaclons, porté par l’Institut Marin du Seaquarium du Grau-du-Roi, vise à rassembler pêcheurs, professionnels de la mer, autorités publiques, associations, entreprises, société civile, et vacanciers autour du développement d’une filière d’économie circulaire en faveur du recyclage des déchets marins plastiques, sur le territoire de la communauté de communes Terres de Camargue.

Les pêcheurs impliqués

La collecte marine sera réalisée par les pêcheurs du Grau du Roi, avec dans un premier temps un groupe de volontaires (à minima 6 petits métiers et 8 chaluts) qui ramèneront leurs déchets, les trieront pour récupérer l’ensemble des déchets plastiques et les mettront en dépôt dans des conteneurs de tri sélectif dédiés sur les quais du port du Grau du Roi. L’objectif est de valoriser le métier des pêcheurs et de montrer leur engagement dans la protection de l’environnement marin. Port-Camargue participera également à la collecte des déchets flottants grâce à son bateau de récupération mis au point par Suez.

Recyclage en mélange

L’ensemble des déchets marins collectés, formés de matières plastiques de nature et taille diverses, sera recyclé par l’entreprise d’insertion Trivéo, basée à Brion dans la Plastic Valley (Ain), dont les ingénieurs ont mis au point un procédé permettant de recycler des mélanges de plastiques non triés et hétérogènes en un matériau plastique hybride. Ce procédé, est contraire aux règles habituelles en plasturgie, où les plastiques doivent être triés avant toute opération de recyclage.

Des objets ambassadeurs et communicants issus du recyclage de ces déchets seront réalisés pour sensibiliser les professionnels et les usagers de la mer, le grand public et les vacanciers pour lutter contre la prolifération du plastique dans l’environnement.

L’entreprise travaille parallèlement au perfectionnement de son procédé en vue d’améliorer les propriétés du plastique recyclé et d’en élargir les marchés potentiels. Des essais sont notamment réalisés avec l’entreprise voisine Cycl’Add, qui développe pour sa part des additifs spécialement conçus pour booster les caractéristiques visuelles et mécaniques des plastiques recyclés.

Essaimage en 2019

A terme, le projet ReSeaclons doit permettre de valider l’organisation technique de la filière et permettre de lancer, à partir de 2019, des projets identiques ou similaires sur l’ensemble de la région Occitanie (ports de Sète, Adge, PNR du Golfe du Lion) et d’autres façades du littoral.

 

VOIR AUSSI